À L’éternel Madame

Tristan Corbière


Mannequin idéal, tête-de-turc du leurre,

Éternel Féminin ! repasse tes fichus ;

Et viens sur mes genoux, quand je marquerai l’heure,

Me montrer comme on fait chez vous, anges déchus.
Sois pire, et fais pour nous la joie à la malheure,

Piaffe d’un pied léger dans les sentiers ardus.

Damne-toi, pure idole ! et ris ! et chante ! et pleure,

Amante ! Et meurs d’amour ! à nos moments perdus.
Fille de marbre ! en rut ! sois folâtre ! et pensive.

Maîtresse, chair de moi ! fais-toi vierge et lascive

Féroce, sainte, et bête, en me cherchant un cœur
Sois femelle de l’homme, et sers de Muse, ô femme,

Quand le poète brame en Ame, en Lame, en Flamme !

Puis quand il ronflera — viens baiser ton Vainqueur !