Au Roi Louis-philippe

Victor Hugo


(Après l’arrêt de mort prononcé le 12 juillet 1839).

Par votre ange envolée ainsi qu’une colombe !
Par ce royal enfant, doux et frêle roseau !
Grâce encore une fois ! grâce au nom de la tombe !
Grâce au nom du berceau !

Le 12 juillet 1839, à minuit.