Skip to content

De Grand’ Beauté Ma Déesse Est Si Pleine

De grand’ beauté ma Déesse est si pleine,

Que je ne vois chose au monde plus belle.

Soit que le front je vois, ou les yeux d’elle,

Dont la clarté sainte me guide, et mène.
Soit cette bouche où soupire une haleine,

Qui les odeurs des Arabes excelle,

Soit ce chef d’or, qui rendrait l’étincelle

Du beau Soleil honteuse, obscure, et vaine.
Soient ces coteaux d’albâtre, et main polie,

Qui mon cœur serre, enferme, étreint, et lie,

Bref, ce que d’elle on peut ou voir, ou croire,
Tout est divin, céleste, incomparable :

Mais j’ose bien me donner cette gloire,

Que ma constance est trop plus admirable.