Skip to content

Divins Esprits, Dont La Poudreuse Cendre

Divins esprits, dont la poudreuse cendre

Gît sous le faix de tant de murs couverts,

Non votre los, qui vif par vos beaux vers

Ne se verra sous la terre descendre,
Si des humains la voix se peut étendre

Depuis ici jusqu’au fond des enfers,

Soient à mon cri les abîmes ouverts

Tant que d’abas vous me puissiez entendre.
Trois fois cernant sous le voile des cieux

De vos tombeaux le tour dévotieux,

A haute voix trois fois je vous appelle :
J’invoque ici votre antique fureur,

En cependant que d’une sainte horreur

Je vais chantant votre gloire plus belle.