Skip to content

Et C’est Lui, Comme Un Matelot

Je ne sais à quoi vous pensez
De porter si riche coiffure
Dessus vos cheveux agencés
Par art, par ordre et par figure ;

Rien ne vous sert aucunement
De porter au bout de l’oreille
Un si riche et gros diamant,
Qui est de valeur non pareille.

De quoi sert qu’un riche collet
Si mignardement se replisse
Autour de votre col de lait,
Plein de mignardise et délice ?

De quoi sert qu’à toute heure ainsi
Vous fardiez votre beau visage,
Et pincetiez votre sourcil,
Et serriez tant votre corsage ?

De quoi vous sertil de porter
Autour du col tant de parures ?
Et d’y voir luire et éclater
Tant de rubis et de dorures ?

De quoi sertil que tous les jours
Si brave et pompeuse on vous voit,
Portant des robes de velours,
Ou d’une autre étoffe de soie ?

De quoi vous sertil de porter,
Tout chamarré de bourderie,
Un coutillon qui peut coûter
Une somme presque infinie ?

Que vous sert coutumièrement
Vous rompre l’estomac d’un busque ?
Et que votre beau vêtement
Sente l’ambre gris et le musque ?

Quittez toutes ces choseslà,
Dont pas une n’est naturelle,
Hélas, à mon dam, sans cela,
Je ne vous trouve que trop belle !