Instants

Rosemonde Gérard


 » La même chose car, en moins d’une seconde,

Voici que ce jardin est devenu le monde

La même chose car voici que chaque instant

N’est plus qu’un battement de tout mon cœur battant.

Il n’y a plus de jour, plus d’heure bleue ou grise ;

Il n’y a, tout le temps, sur mon cœur qui se brise,

Que des instants frappés du matin jusqu’au soir :

Instants presque de joie presque de désespoir

Instant presque mortel instant presque suprême

Ah ! je te remercie et je t’en veux ! «