La Divine Épopée

Alexandre Soumet


A Mlle C.D.

Qui n’aime à visiter ta montagne rustique,
O lac qui, suspendu sur vingt sommets hardis,
Dans ton lit de joncs verts, au soleil resplendis,
Comme un joyau tombé d’un écrin fantastique ?

Quel mystère se cache en tes flots engourdis ?
Ta vague atelle éteint quelque cratère antique ?
Ou bien Dieu mitil 1à ton urne poétique
Pour servir de miroir aux saints du paradis ?

Caché comme un ermite en ces monts solitaires,
Tu ressembles, ô lac, à ces âmes austères
Qui vers tout idéal se tournent avec foi.

Comme elles aux regards des hommes tu te voiles ;
Calme le jour, le soir tu souris aux étoiles…
Et puis il faut monter pour aller jusqu’à toi.