La Maison Du Matin

Albert Samain


La maison du matin rit au bord de la mer,

La maison blanche, au toit de tuiles rose clair.

Derrière un pâle écran de frêle mousseline,

Le soleil luit, voilé comme une perle fine ;

Et du haut des rochers redoutés du marin,

Tout l’espace frissonne au vent frais du matin.

Lyda, debout au seuil que la vigne décore,

Un enfant sur les bras, sourit, grave, à l’aurore,

Et laisse, regardant au large, le vent fou

Dénouer ses cheveux mal fixés sur son cou.

Par l’escalier du ciel l’enfantine journée

Descend, légère et blanche, et de fleurs couronnée,

Et, pour mieux l’accueillir, la mer au sein changeant

Scintille à l’horizon, toute blanche d’argent

Mais déjà les enfants s’échappent ; vers la plage

Ils courent, mi-vêtus, chercher le coquillage.

En vain Lyda les gronde : enivrés du ciel clair

Leur rire de cristal s’éparpille dans l’air

La maison du matin rit au bord de la mer.