Skip to content

L’attente

Au bout du vieux canal plein de mâts, juste en face

De l’Océan et dans la dernière maison,

Assise à sa fenêtre, et quelque temps qu’il fasse,

Elle se tient, les yeux fixés sur l’horizon.Bien qu’elle ait la pâleur des éternels veuvages,

Sa robe est claire ; et bien que les soucis pesants

Aient sur ses traits flétris exercé leurs ravages,

Ses vêtements sont ceux des filles de seize ans.

Car depuis bien des jours, patiente vigie,

Dès l’instant où la mer bleuit dans le matin

Jusqu’à ce qu’elle soit par le couchant rougie,

Elle est assise là, regardant au lointain.