Le Dernier Papillon

Rosemonde Gérard


Quand ne chante plus le grillon

Et qu’on est avant dans l’automne,

Quelque matin gris l’on s’étonne

De voir un dernier papillon.
Plus d’or, d’azur, de vermillon ;

Son coloris est monotone ;

La cendre dont il se festonne

Se mêle au sable du sillon.
D’où vient-il ? et par quelle porte ?

Est-ce, parmi la feuille morte,

Le seul des papillons vivants ?
Ou, parmi la neige vivante,

La petite ombre transparente

D’un papillon mort au printemps ?