Skip to content

Le Passant

L’amour ne chante pas ; il ne sourit jamais,

Ni le matin, quand l’aube argente les sommets,

Ni quand l’ombre, le soir, s’épanche des collines,

Ni quand le rouge été flamboie à son midi

Et du brouillard qui dort dans l’éther attiédi

Perce et dissipe au loin les pâles mousselines.

L’amour ne chante pas ; l’amour ne sourit pas.

Il vient comme un voleur de nuit, à petits pas,

Retenant son haleine et se cachant des mères.

Il connaît que nul cœur n’est ferme en son dessein

Et qu’on ne dort jamais qu’une fois sur le sein

Vêtu par nos désirs de grâces éphémères.

L’amour ne chante pas, ne sourit pas. Ses yeux,

Brûlés de trop de pleurs, sont lourds de trop d’adieux

Pour croire qu’ici-bas quelque chose persiste.

Nul ne sait quand il vient, ni comment, ni pourquoi,

Et les cœurs ingénus qu’emplit son vague effroi

L’attendent qu’il est loin déjà, le Passant triste !