Skip to content

Le Rêve Est La Traîne De Brocart Qui Tombe De Tes Épaules

Extrait
Le rêve est la traîne de brocart qui tombe de tes épaules

le rêve est un arbre, un éclat fugitif, un bruit de voix -;

un sentiment qui en toi commence et s’achève

est rêve ; un animal qui te regarde dans les yeux

est rêve ; un ange qui jouit de toi

est rêve. Rêve est le mot qui d’une douce chute

tombe dans ton sentiment comme un pétale

qui s’accroche à ta chevelure : lumineux, confus et las -,

lèves-tu seulement les mains : c’est encore le rêve qui vient,

et il y vient comme tombe une balle -;

tout, ou presque, rêve -, et toi, tu portes tout cela.
Tu portes tout cela. Et avec quelle beauté tu le portes.

Chargée de lui comme de ta chevelure.

Et cela vient des profondeurs, cela vient

des hauteurs jusqu’à toi et par ta Grâce
Là où tu es, rien n’a attendu en vain,

nulle part autour de toi il n’est fait de tort aux choses

et c’est comme si j’avais déjà vu

que des animaux se baignent dans tes regards

et boivent à ta claire présence.
Mais ce que tu es : cela seul je l’ignore. Je sais

seulement chanter ta louange : cercle de légende

autour d’une âme, jardin autour d’une maison

dans les fenêtres de laquelle je vis le ciel -.
Ô tant de ciel, s’en allant, vu de si près ;

ô tant de ciel sur tant d’horizon.
Et quand c’est la nuit -: quelles grandes étoiles

ne peuvent manquer de se refléter dans ces fenêtres