L’écho De La Harpe

Amable Tastu


My gentle Harp ! once more I waken

The sweetness ofthy slumbering strain.

TH. MOORE.
Ma douce Harpe ! j’éveille encore le charme

de tes accords endormis.
Pauvre harpe du barde, au lambris suspendue,

Tu dormais, dès long-temps poudreuse et détendue.

D’un souffle vagabond la brise de la nuit

Sur ta corde muette éveille un léger brait :

Telle dort en mon sein cette harpe cachée,

Et que seule la Muse a quelquefois touchée.

Alors qu’un mot puissant, un songe, un souvenir,

Une pensée errante et douce à retenir,

L’effleurent en passant d’une aile fugitive,

Elle vibre soudain ; et mon âme attentive,

Émue à cet accord qui se perd dans les cieux,

Garde du son divin l’écho mélodieux.