Les Seins

Albert Mérat


L’éclosion superbe et jeune de ses seins

Pour enchaîner mes yeux fleurit sur sa poitrine.

Tels deux astres jumeaux dans la clarté marine

Palpitent dévolus aux suprêmes desseins.

Vous contenez l’esprit loin des rêves malsains,

Nobles rondeurs, effroi de la pudeur chagrine !

Et c’est d’un trait pieux que mon doigt vous burine,

Lumineuses parmi la pourpre des coussins.

Blanches sérénités de l’océan des formes,

Quelquefois je vous veux, sous les muscles énormes,

Géantes et crevant le moule de mes mains.

Plus frêles, mesurant l’étreinte de ma lèvre,

Vers la succession des muets lendemains,

Conduisez lentement mon extase sans fièvre.