Les Trois Hymnes Primitifs

Victor Segalen


Les trois hymnes primitifs que les trois Régents avaient nommés : Les Lacs, l’Abîme, Nuées, sont effacés de toutes les mémoires. Qu’ils soient ainsi recomposés :
Les lacs
Les lacs, dans leurs paumes rondes noient le visage du Ciel :
J’ai tourné la sphère pour observer le Ciel.
Les lacs, frappés d’échos fraternels en nombre douze  :
J’ai fondu les douze cloches qui fixent les tons musicaux.
o
Lac mouvant, firmament liquide à l’envers, cloche musicale,
Que l’homme recevant mes mesures retentisse à son tour sous le puissant Souverain-Ciel.
Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : les Lacs.
L’abîme
Face à face avec la profondeur, l’homme, front penché, se recueille.
Que voit-il au fond du trou caverneux ? La nuit sous la terre, l’Empire d’ombre.
o
Moi, courbé sur moi-même et dévisageant mon abîme, — ô moi ! — je frissonne,
Je me sens tomber, je m’éveille et ne veux plus voir que la nuit.
Les nuées
Ce sont les pensées visibles du haut et pur Seigneur-Ciel.
Les unes compatissantes, pleines de pluie. Les autres roulant leurs soucis, leurs justices et leurs courroux sombres.
o
Que l’homme recevant mes largesses ou courbé sous mes coups connaisse à travers moi le Fils les desseins du Ciel ancestral.
Pour cela j’ai nommé l’hymne de mon règne : Nuées.