Male-fleurette

Tristan Corbière


Ici reviendra la fleurette blême

Dont les renouveaux sont toujours passés

Dans les cœurs ouverts, sur les os tassés,

Une folle brise, un beau jour, la sème
On crache dessus ; on l’imite même,

Pour en effrayer les gens très-sensés

Ici reviendra la fleurette blême.
– Oh ! ne craignez pas son humble anathème

Pour vos ventres mûrs, Cucurbitacés !

Elle connaît bien tous ses trépassés !

Et, quand elle tue, elle sait qu’on l’aime

– C’est la male-fleur, la fleur de bohème.
Ici reviendra la fleurette blême.