Skip to content

Mois De Juillet

Le ciel flambe et la terre fume,

La caille frémit dans le blé ;

Et, par un spleen lourd accablé,

Je dévore mon amertume.

Sous l’implacable Thermidor

Souffre la nature immobile ;

Et dans le regret et la bile

Mon chagrin s’aigrit plus encor.

Crève donc, cœur trop gonflé, crève,

Cœur sans courage et sans raison,

Qui ne peux vomir ton poison

Et ne peux oublier ton rêve !

Par cet insultant jour d’été,

Cœur torturé d’amour, éclate !

Et que, de ta fange écarlate

Me voyant tout ensanglanté,

Ainsi que l’apostat antique,

Avec un blasphème impuissant,

Je jette à pleines mains mon sang

A ce grand soleil ironique !