Skip to content

Obstination

Vous aurez beau faire et beau dire.

L’oubli me serait odieux ;

Et je vois toujours son sourire

Des adieux.

Vous aurez beau dire et beau faire,

Sans espoir je dois la chérir ;

J’en souffre bien, mais je préfère

En souffrir.

Vous aurez beau faire et beau dire.

Dût-elle même l’ignorer,

Je veux, fidèle à mon martyre,

La pleurer.

Vous aurez beau dire et beau faire.

Seule, elle peut mon mal guérir,

Et j’aime mieux, s’il persévère,

En mourir.