Oh ! Pourquoi Partir Sans Adieux

Albert Mérat


Oh ! pourquoi partir sans adieux ?

Pourquoi m’ôter ton doux visage,

Tes lèvres chères et tes yeux

Où je n’ai pas lu ce présage ?

Pourquoi sans un mot de regret ?

Est-ce que l’heure était venue ?

Si ton cœur, hélas ! était prêt,

Je ne t’aurais pas retenue.

Pourquoi t’oublîrais-je ? La main

De qui me vint cette blessure

Eut ce cher caprice inhumain,

Et pour me frapper fut peu sûre.