Petit Air (guerrier)

Stéphane Mallarmé


Ce me va hormis l’y taire

Que je sente du foyer

Un pantalon militaire

À ma jambe rougeoyer
L’invasion je la guette

Avec le vierge courroux

Tout juste de la baguette

Au gant blancs des tourlourous
Nue ou d’écorce tenace

Pas pour battre le Teuton

Mais comme une autre menace

À la fin que me veut-on
De trancher ras cette ortie

Folle de la sympathie.