Plainte

Amable Tastu


Ô monde ! ô vie ! ô temps ! fantômes, ombres vaines,

Qui lassez, à la fin, mes pas irrésolus,

Quand reviendront ces jours où vos mains étaient pleines,

Vos regards caressants, vos promesses certaines ?

Jamais, ô jamais plus !

L’éclat du jour s’éteint aux pleurs où je me noie :

Les charmes de la nuit passent inaperçus ;

Nuit, jour, printemps, hiver, est-il rien que je voie ?

Mon cœur peut battre encore de peine, mais de joie

Jamais, ô jamais plus !