Skip to content

Puisque L’ennui, Pauvre Homme

Puisque l’ennui, pauvre homme,

Te jette encore à de nouveaux voyages,

Emporte au moins dans l’âme

L’adieu doré des beaux jours de l’automne.

Comme un baiser l’après-midi s’achève ;

La brise est large et pure,

Et toute voix se fond dans le murmure

Religieux des chênes.

Le meunier passe, écoute,

Son grelot clair tinte au loin sur la route ;

Et l’eau mélodieuse

Se baise et rit dans les canaux d’yeuse.

L’ombre descend les berges.

Déjà les champs sont pleins de brumes bleues ;

Le ruisseau dans les herbes

Y fait briller ses reflets de couleuvre.

Ton esprit se recueille ;

Secrètement le cristal de ton âme

S’émeut des cris d’oiseaux, d’un pas de femme

Qui craque dans les feuilles…

Regagne la maison ;

Comme toujours elle est blanche, humble et calme,

Et sur son mur les branches du platane

Entrecroisent leurs ombres.

Le vieux soleil, tombant en molles nappes.

Bénit les vieilles pierres ;

La vigne jaune à sa tiède lumière

Mûrit encore des grappes ;

Et dans la chambre basse,

Au souffle d’air qui pousse la fenêtre,

Obscurément celles qui t’ont vu naître

Parlent de leurs voix lasses.

En maniant leurs crochets à dentelle

Aux derniers feux du jour :

 » Reverrons-nous notre enfant ?  » disent-elles ;

Et la tristesse, aux joues

Des aïeules pensives.

Suspend des pleurs lourds comme les années ;

Le soir ainsi fait trembler sa rosée

Sur les roses tardives.

Séjour, heures paisibles !

Demain pourtant les premières étoiles

Verront ton navire arrondir ses voiles

Et voguer vers les îles.

Avant d’aller traîner ta vieille peine

Sur de lointains rivages,

Ecoute encore la voix grave des chênes,

Contemple le village.

Harmonie et douceur !

Le toit natal fume dans la lumière…

Parle, dis-moi, mon frère.

Pourquoi si loin chercher la paix du cœur ?