Que Je Voudrais Te Voir

Amable Tastu


Que je voudrais te voir, quand la tardive aurore

Annonce le réveil de nos derniers beaux jours !

Ces derniers jours si doux, bien que déjà si courts,

A tes côtés, pour moi, seraient plus doux encore !

Que je voudrais te voir !

Que je voudrais te voir ! Ici le tiède automne

Déjà de pourpre et d’or teint les ombrages verts ;

Quelque feuille séchée en tombe au gré des airs,

Et j’écoute en rêvant sa chute monotone…

Que je voudrais te voir !

Que je voudrais te voir, te voir sourire encore

A ces chants imparfaits où se comptait ma voix,

Que la tienne si douce embellit quelquefois…

Tout nouveau sur ma bouche un autre vient d’éclore :

Que je voudrais te voir !

Que je voudrais te voir, et, tant que le jour dure,

Errer muets tous deux, et, la main dans la main,

Le soir sans nous quitter nous redire : A demain !

Mais seule je m’endors, et tout bas je murmure :

Que je voudrais te voir !