Sabine Sicaud

Rosemonde Gérard


Douze ans Une petite fille

Un jardin du soleil des fleurs

Et chaque instant léger qui brille

Semble rimer avec bonheur.
L’oiseau vient boire à la fontaine

Le soir s’endort sur un glaïeul

La poupée, oubliée à peine,

Reste encor là sur un fauteuil
Et, pris par une âme charmante

Qui palpite avec l’univers,

Les fleurs, les animaux, les plantes

Viennent d’eux-mêmes dans les vers.
Treize ans Sur la nature tendre,

Elle penche son coeur tremblant

Mais pourquoi veut-elle comprendre

Tant de choses déjà ? Treize ans
Pourquoi cette angoisse si forte

Pour tout ce qui meurt dans les bois ?

Le fruit tombé la feuille morte

Est-ce un pressentiment ? Pourquoi
Interroge-t-elle les choses

Avec des mots illimités ?

Croit-elle un instant que les roses

Lui répondront la vérité ?
Quinze ans l’âge de Juliette

L’âge où l’amour est sans péché

Pauvre petite âme inquiète,

Sens-tu comme une ombre approcher ?
Tu t’éloignes de la nature

Qui trembla si près de ton coeur

Et pourtant ta courte aventure

Ressemble à celle de ses fleurs
Ainsi qu’une fleur infinie

Sous un soleil trop épuisant,

Brûlée à ton propre génie,

Tu meurs ! et tu n’as que quinze ans !