Skip to content

Simple Ambition

Être un modeste croque-notes

Donnant des leçons de hasard,

Qui court Paris en grosses bottes,

Mais qui comprend Gluck et Mozart ;

Avoir quelque part un vieux maître ;

Aimer sa fille ; et, chaque soir,

Brosser son vieil habit et mettre

Du linge pour aller les voir ;

Ils logent loin ! Faire une lieue

En chantonnant quelques vieux airs,

L’été sous la douce nuit bleue

Et par les bons quartiers déserts ;

Aimer d’un amour très-honnête ;

Avoir peur, en portant la main

A certain cordon de sonnette

Dont on sait pourtant le chemin…

– Ah ! monsieur Paul !… Mademoiselle !

– Mon père vous attend. Voyez.

Voici votre violoncelle,

Son violon et les cahiers.

Demander comment va le maître,

Qui survient, simple et cordial ;

Oh ! le bon moment ! La fenêtre

S’ouvre sur le ciel nuptial ;

Les brises déjà rafraîchies

Entrent avec des papillons

Bien vite brûlés aux bougies

Qui jettent de faibles rayons.

Le concert commence. Elle écoute,

Blonde, accoudée et tout en blanc,

Et son cœur frissonne sans doute

Avec l’allegretto tremblant.

Puis, c’est le menuet, l’andante,

Tout le beau poëme du bruit,

Toute la symphonie ardente.

Et le temps passe. Il est minuit.

– Sauvez-vous. C’est une heure indue

Pour vous qui logez tout là-bas ;

Et cette banlieue est perdue.

Vous viendrez demain, n’est-ce pas ?

Mais avant de partir, encore

Un peu de musique ; pas trop…

Pendant que Julie élabore

Trois humbles verres de sirop.