Skip to content

Tout L’été

—  » Je suis la petite Cigale

Qu’un rayon de soleil régale

Et qui meurt quand elle a chanté

Tout l’été.

 » Tout l’été j’ai redit ma chanson coutumière :

Mais la bise est venue : adieu l’azur vermeil !

Je fus l’âme des blés vibrant dans la lumière :

Je reverrai comme eux la gloire du soleil.  »

—  » Je suis le poète qui t’aime ;

Je veux qu’on dise, ô mon emblème :

Il fut Cigale : il a chanté

Tout l’été.

 » Tout l’été d’une vie ardente et sans ténèbres,

Je veux chanter les fleurs, les blés, l’azur, l’amour,

Et quand viendront l’hiver et les souffles funèbres

Mourir dans un espoir de gloire et de retour ! «