Skip to content

Translat D’un Sonnet Ytalien

Nyer ne puis, Roy François, nullement,

Que je ne sente encores quelque flamme

D’amour au cueur qui peu à peu l’entame

Pour le submectre à elle entierement.
Mays estant plain d’un desir seullement,

C’est de vous suyvre et du corps et de l’ame,

Je luy resiste et faiz en sorte que ame

N’a sur mon cueur entier commandement.
Ce neantmoins les travaulx anciens

Craindre me font que fortune nuysante

Ne me remecte aux amoureux lyens.
Se elle le fait, soit du moins l’amour telle,

Que de servir au monde je me vente

Le Roy plus grant et la dame plus belle.