Trois Jours Entiers, Et Trois Entieres Nuits

Vincent Voiture


Trois jours entiers, et trois entieres nuits,

Bien lentement se sont passez depuis

Que j’ay perdu la clarté souveraine

De deux Soleils, les beaux yeux de ma Reine,

Pour qui les miens souloient* estre conduits.
Sans leur objet je pleure, et je ne puis

Trouver remede au tourment où je suis,

Et chaque instant me dure en cette peine

Trois jours entiers.
Triste et resveur, du penser je la suis,

Pour la chercher, moy-mesme je me fuis,

Et si le sort bien tost ne me rameine

Les doux appas de ma belle inhumaine,

Je ne sçaurois plus vivre en ces ennuis

Trois jours entiers.
(*) avaient coutume