Skip to content

Tu Sommeilles, Je Vois Tes Yeux Sourire Encore

Tu sommeilles ; je vois tes yeux sourire encore.

Ta gorge, ainsi deux beaux ramiers prennent l’essor,

Se soulève et s’abaisse au gré de ton haleine.

Tu t’abandonnes, lasse et nue et tout en fleur,

Et ta chair amoureuse est rose de chaleur.

Ta main droite sur toi se coule au creux de l’aine,

Et l’autre sur mon cœur crispe ses doigts nerveux.

Ce taciturne émoi flatte ma convoitise.

Ta bouche est entrouverte et ton souffle m’attise

Et le mien qui s’anime agite tes cheveux.

Vivant sachet rempli de nard, de myrrhe et d’ambre,

Tu répands tes parfums irritants dans la chambre.

Je te respire avec ivresse en caressant,

Comme un sculpteur modèle une onctueuse argile,

Ton corps flexible et plein de jeune bête agile.

La lumière étincelle à tes cils, et le sang

Peint une branche bleue à ta tempe fragile.

La courbe qui suspend à l’épaule ton sein

Emprunte aux purs coteaux nocturnes leur dessin.

Ta peau ferme a le grain du marbre et de la rose ;

Et moi je dis tout bas, pendant que je repose

Mon regard amoureux sur tes charmes choisis :

 » La gazelle couchée au frais de l’oasis

N’est pas plus douce à voir que la femme endormie,

Et les lys du matin jalousent mon amie. «