Skip to content

Un Évangile

Soudain, un de ces vieux dont le tombeau s’apprête,

Un mendiant, portant un vase sur sa tête,

Vint à passer et dit à celle qui filait:

 » Femme, je dois porter ce vase plein de lait

Chez un homme logé dans le prochain village;

Mais tu le vois, je suis faible et brisé par l’âge,

Les maisons sont encore à plus de mille pas,

Et je sens bien que, seul, je n’accomplirai pas

Ce travail, que l’on doit me payer une obole. « La femme se leva sans dire une parole,

Laissa, sans hésiter, sa quenouille de lin,

Et le berceau d’osier où pleurait l’orphelin,

Prit le vase, et s’en fut avec le misérable.

Et Pierre dit:

 » Il faut se montrer secourable,

Maître! mais cette femme a bien peu de raison

D’abandonner ainsi son fils et sa maison,

Pour le premier venu qui s’en va sur la route.

À ce vieux mendiant, non loin d’ici, sans doute,

Quelque passant eût pris son vase et l’eût porté. «