Une Course Au Champs De Mars

Sophie d'Arbouville


Volez, nobles coursiers, franchissez la distance !
Pour le prix disputé, luttez avec constance !
Sous un soleil de feu, le sol est éclatant ;
Pour vous voir aujourd’hui, tout est bruit et lumière ;
Ainsi qu’un flot d’encens, la légère poussière,
Devant vos pas, s’envole au but qui vous attend.
Que l’air rapide et vif, soulevant vos poitrines,
S’échappe palpitant de vos larges narines !
Laissez sous l’éperon votre flanc s’entr’ouvrir…
Volez, nobles coursiers, dussiez-vous en mourir !

Au milieu des bravos, votre course s’achève ;
Le silence revient — puis, je pense et je rêve…
Notre vie est l’arène où se hâtent nos pas ;
Nous volons vers le but que l’on ne connaît pas.
Fatigués, épuisés, prêts à tomber, qu’importe !
Nous marchons à grands pas, le torrent nous emporte.
Oubliant le passé, repoussant le présent,
Nos regards inquiets se portent en avant ;
Rien n’est beau que plus loin… et notre flanc palpite,
Sous l’éperon caché qui nous dit :  » Marche vite !  »
Nous marchons. — Quelquefois, à travers les déserts,
Une oasis répand ses parfums dans les airs,
Un doux chant retentit sur le bord de la route :

L’oasis, on la fuit ; le chant, nul ne l’écoute.
Sans garder du chemin regret ou souvenir,
D’un avide regard, on cherche l’avenir ;
L’avenir, c’est le but ! l’avenir, c’est la vie !
Bientôt, à notre gré, la distance est franchie ;
Haletants de la course, épuisés de l’effort,
Nous touchons l’avenir… L’avenir, c’est la mort !

Qu’ai-je dit ? — Ô mon Dieu ! toi qui m’entends, pardonne !…
L’avenir, c’est le ciel, où ton soleil rayonne
Sans que la nuit succède à l’éclat d’un beau jour,
Sans que l’oubli succède aux paroles d’amour !
L’avenir, c’est le ciel où s’arrête l’orage !
C’est le port qui reçoit les débris du naufrage ;
C’est la fin des regrets ; c’est l’éternel printemps ;
C’est l’ange dont la voix a de divins accents.
L’avenir, ô mon Dieu ! c’est la sainte auréole
Que pose sur nos fronts ta main qui nous console.
Oui, marchons ! et vers toi levant souvent les yeux,
Avançons vers le but que nous montrent les cieux.

Chut ! voici le signal, franchissez la distance.
Volez, nobles coursiers, luttez avec constance !
Sous un soleil de feu, le sol est éclatant ;
Pour vous voir aujourd’hui, tout est bruit et lumière ;
Ainsi qu’un flot d’encens, la légère poussière,
Devant vos pas, s’envole au but qui vous attend.
Que l’air rapide et vif, soulevant vos poitrines,
S’échappe palpitant de vos larges narines !
Laissez sous l’éperon votre flanc s’entr’ouvrir…
Volez, nobles coursiers, dussiez-vous en mourir !