Skip to content

Recueil : À l'amie perdue

Les Calmes Regrets

Dans quels calmes regrets ton esprit résigné Erre-t-il, y portant une tristesse auguste ; Ou, frémissant de haine envers le sort injuste, De quels âpres regrets ressort-il indigné ? De quels secrets efforts, sans cesse triomphants Et sans cesse repris, nourris-tu ton supplice ? Et dans quels longs baisers aux…

Une Tempête Souffle

Une tempête souffle, et sur l’immense plage S’appesantit un ciel presque noir et cruel, Où s’obstine le vol grisâtre d’un pétrel, Qui le rend plus funèbre encore et plus sauvage ; Un tourbillon de sable éperdu se propage Vers un horizon blême où tout semble irréel ; Il traîne sur…

Tes Chagrins Abolis

Va ! tu triompheras, ô noble bien-aimée ! De cet amour sacré qui fait saigner ton âme Sort infailliblement et s’écoule un dictame Par lequel tu seras guérie et parfumée ! Tes enfants grandiront, hélas ! entre nous deux : Leur vie, ainsi qu’un mur tourné vers le soleil, Dont…

Sonnet

 » Où es-tu ? « , disait-elle, errant sur le rivage Où des saules trempaient leurs feuillages tremblants ; Et des larmes d’argent coulaient dans ses doigts blancs Quand elle s’arrêtait, les mains sur son visage. Et lui, errant aussi sur un sable sauvage Où des joncs exhalaient de longs soupirs…

Séparés Dans La Vie

Ainsi nous resterons séparés dans la vie, Et nos cœurs et nos corps s’appelleront en vain Sans se joindre jamais en un instant divin D’humaine passion d’elle-même assouvie. Puis, quand nous gagnera le suprême sommeil, Ils t’enseveliront loin de mon cimetière ; Nous serons exilés l’un de l’autre en la…

Ma Douleur Égoïste

Faut-Il que ma douleur aussi soit égoïste ? Faut-il que par instants je tressaille surpris De trop souffrir pour moi ? — Dans quelle pose triste, Près de quelle fenêtre ouvrant sur des flots gris, Au fond desquels un peu de lumière résiste Au noir déchirement de ses derniers débris,…

Les Caresses Des Yeux

Les caresses des yeux sont les plus adorables ; Elles apportent l’âme aux limites de l’être, Et livrent des secrets autrement ineffables, Dans lesquels seul le fond du coeur peut apparaître. Les baisers les plus purs sont grossiers auprès d’elles ; Leur langage est plus fort que toutes les paroles…

Les Azurs

Splendides reflets bleus des parois des glaciers, Qui plongez dans une ombre aussi bleue et splendide, Où les pâles azurs des cristaux, des aciers, Se réfractent sans fin en un saphir limpide, Où les argents, tantôt nacrés, tantôt lucides, Près desquels les rayons de lune sont grossiers, S’unissent, en des…

À L’éternel Amour

Ô mer, ô mer immense et triste, qui déroules, Sous les regards mouillés de ces millions d’étoiles, Les longs gémissements de tes millions de houles, Lorsque dans ton élan vers le ciel tu t’écroules ; Ô ciel, ô ciel immense et triste, qui dévoiles, Sur les gémissements de ces millions…

Le Sacrifice

Par nos premiers regards sous les verts marronniers, Par nos premiers aveux dont mon cœur encor tremble, Par nos premiers baisers, et ces baisers derniers Où notre amour passé pour mourir se rassemble ; Par les sentiers, les bois, les coteaux, les glaciers. Par les plages des mers qui nous…

Le Hameau

Le hameau n’est qu’un tas sombre dans la falaise ; L’océan, sur la grève où flotte une lueur, Exhale un long soupir qui monte et qui s’apaise, Comme un être oppressé d’un éternel malaise ; Ce rythme tout-puissant pénètre dans mon cœur, Et d’un si grave poids sur ma détresse…

Le Deuil

Le soleil est tombé dans les flots ; une barre De lourds nuages gris qui pèsent sur la mer S’allonge à l’horizon, et lentement s’empare Du ciel où disparaît un reflet pâle et vert. Un âpre vent se lève, annonçant que l’hiver Avec ses ouragans et ses froids se prépare…

L’acceptation

Je te vis dans un rêve après un triste adieu : Tu marchais dans les plis pesants et magnifiques D’une robe en velours d’un plus céleste bleu Que celui des glaciers ou des flots atlantiques. Quand vers l’orient clair jaillit un premier feu ; Une gorgone d’or aux cruels yeux…