Skip to content

Recueil : À L'Heure Des Mains Jointes

Vous Pour Qui J’écrivis

Vous pour qui j’écrivis, ô belles jeunes femmes ! Vous que, seules, j’aimais, relirez-vous mes vers Par les futurs matins neigeant sur l’univers, Et par les soirs futurs de roses et de flammes ? Songerez-vous, parmi le désordre charmant De vos cheveux épars, de vos robes défaites :  » Cette femme, à travers les…

Voici Mon Mal

Parmi mes lys fanés je songe que c’est toi Qui me fis le plus grand chagrin d’amour, Venise ! Tu m’as trahie autant qu’une femme et conquise En me prenant ma force, et mon rêve et ma foi. Je ne cherche plus rien dans Venise : l’ivresse Des beaux palais n’est plus…

Viviane

Une odeur fraîche, un bruit de musique étouffée Sous les feuilles, et c’est Viviane la fée. Elle imite, cachée en un fouillis de fleurs, Le rire suraigu des oiseaux persifleurs. Souveraine fantasque, elle s’attarde et rôde Dans la forêt, comme en un palais d’émeraude. L’eau qui miroite a la couleur…

Vers Lesbos

Tu viendras, les yeux pleins du soir et de l’hier Et ce sera par un beau couchant sur la mer. Frêle comme un berceau posé sur les flots lisses, Notre barques sera pleine d’ambre et d’épices. Les vents s’inclineront, soumis à mon vouloir. Je te dirai :  » La mer nous appartient,…

Vaincue

Le couchant est semblable à la mort d’un poète Ah ! pesanteur des ans et des songes vécus ! Ici, je goûte en paix l’heure de la défaite, Car le soir pitoyable est l’ami des vaincus. Mes vers n’ont pas atteint à la calme excellence, Je l’ai compris, et nul ne les…

Toi, Notre Père Odin

Le vent d’hiver s’élance, audacieux et fort, Ainsi que les Vikings, en leur nobles colères. La tempête a soufflé sur les pins séculaires Et les flots ont bondi Venez, mes Dieux du Nord ! Vos yeux ont le reflet des lames boréales, Les abîmes vous sont de faciles chemins, Et…

Sur La Place Publique

Les nuages flottants déroulaient leur écharpe Dans le ciel pur, de la couleur des fleurs de lin. J’étais fervente et jeune et j’avais une harpe. Le monde se paraît, suave et féminin. Dans la forêt, des gris violets d’amarante Réjouissaient mes yeux larges ouverts. J’entendais Rire en moi, comme au…

Mensonge Du Soir

Or, par un soir pareil, je crus être poète J’avais rêvé, dans le silence trop exquis, De soleils possédés et de lauriers conquis Et ma vie est semblable aux lendemains de fête. Tout me fait mal, l’été, le rayon d’un fanal Rouge sur l’eau nocturne, et le rythme des rames,…

Mes Victoires

I Tel un arc triomphal, plein d’ocres et d’azurs, Les horizons du soir s’ouvrent larges et purs. Quand passerai-je, avec mes Victoires dans l’âme, Sous l’arc édifié pour celui qu’on acclame ? L’arc mémorable et vaste enferme le couchant En sa courbe pareille au rythme fier d’un chant. Quand passerai-je, ayant…

Mon Ami Le Vent

Je t’aime et te salue, ô mon ami le vent Qui rôdes à travers les champs gras où l’on sème, Et qui viens te pencher sur la mer, en buvant Les flots dont l’âcreté ravive ta soif blême Rien ne saurait combler le vide de mes bras, Et mes jours…

Nuit Mauresque

La nuit est façonnée avec un art subtil Ainsi qu’un merveilleux palais de Boabdil. La fontaine redit ses rythmes monotones Et les ifs argentés sont de blanches colonnes. Dans le jardin, roi morne et conquérant lassé. Se recueille et s’attarde et veille le passé. Le ciel, où la lumière est…