Skip to content

Recueil : Contes et poésies

In Memoriam (iii)

Au pied des monts voici ma colline abritée, Mes figuiers, ma maison, Le vallon toujours vert et la mer argentée Qui m’ouvre l’horizon. Pour la première fois sur cette heureuse plage, Le cœur tout éperdu, Quand j’abordai, c’était après un grand naufrage, Où j’avais tout perdu. Déjà, depuis ce temps…

La Lampe D’héro

De son bonheur furtif lorsque malgré l’orage L’amant d’Héro courait s’enivrer loin du jour, Et dans la nuit tentait de gagner à la nage Le bord où l’attendait l’Amour, Une lampe envoyait, vigilante et fidèle, En ce péril vers lui son rayon vacillant ; On eût dit dans les cieux…

La Lyre D’orphée

Quand Orphée autrefois, frappé par les Bacchantes, Près de l’Hèbre tomba, sur les vagues sanglantes On vit longtemps encor sa lyre surnager. Le fleuve au loin chantait sous le fardeau léger. Le gai zéphyr s’émut; ses ailes amoureuses Baisaient les cordes d’or, et les vagues heureuses Comme pour l’arrêter, d’un…

La Rose

À Madame M. Quand la rose s’entr’ouvre, heureuse d’être belle, De son premier regard elle enchante autour d’elle Et le bosquet natal et les airs et le jour. Dès l’aube elle sourit ; la brise avec amour Sur le buisson la berce, et sa jeune aile errante Se charge en…

L’abeille

Quand l’abeille, au printemps, confiante et charmée, Sort de la ruche et prend son vol au sein des airs, Tout l’invite et lui rit sur sa route embaumée. L’églantier berce au vent ses boutons entr’ouverts ; La clochette des prés incline avec tendresse Sous le regard du jour son front…

Un Autre Cœur

Serait-ce un autre cœur que la Nature donne À ceux qu’elle préfère et destine à vieillir, Un cœur calme et glacé que toute ivresse étonne, Qui ne saurait aimer et ne veut pas souffrir ? Ah ! qu’il ressemble peu, dans son repos tranquille, À ce cœur d’autrefois qui s’agitait…

À Alfred De Musset

Un poète est parti ; sur sa tombe fermée Pas un chant, pas un mot dans cette langue aimée Dont la douceur divine ici-bas l’enivrait. Seul, un pauvre arbre triste à la pâle verdure, Le saule qu’il rêvait, au vent du soir, murmure Sur son ombre éplorée un tendre et…

Contes

Ah ! si la Muse était tant soit peu fée, Chanter, vraiment, serait emploi des dieux ; Point ne pourrait le plus petit Orphée La bouche ouvrir, qu’on ne vît de tous lieux Courir les gens. Oui, nous ferions merveille, Et sous nos pas la foule toute oreille Ramasserait les…

Deux Vers D’alcée

Quel était ton désir et ta crainte secrète ? Quoi ! le vœu de ton cœur, ta Muse trop discrète Rougit-elle de l’exprimer ? Alcée, on reconnaît l’amour à ce langage. Sapho feint vainement que ton discours l’outrage, Sapho sait que tu vas l’aimer. Tu l’entendais chanter, tu la voyais…

Endymion

Endymion s’endort sur le mont solitaire, Lui que Phœbé la nuit visite avec mystère, Qu’elle adore en secret, un enfant, un pasteur. Il est timide et fier, il est discret comme elle ; Un charme grave au choix d’une amante immortelle A désigné son front rêveur. C’est lui qu’elle cherchait…

Hébé

Les yeux baissés, rougissante et candide, Vers leur banquet quand Hébé s’avançait, Les Dieux charmés tendaient leur coupe vide, Et de nectar l’enfant la remplissait. Nous tous aussi, quand passe la Jeunesse, Nous lui tendons notre coupe à l’envi. Quel est le vin qu’y verse la déesse ? Nous l’ignorons…

In Memoriam (i)

J’aime à changer de cieux, de climat, de lumière. Oiseau d’une saison, je fuis avec l’été, Et mon vol inconstant va du rivage austère Au rivage enchanté. Mais qu’à jamais le vent bien loin du bord m’emporte Où j’ai dans d’autres temps suivi des pas chéris, Et qu’aujourd’hui déjà ma…

In Memoriam (ii)

Ciel pur dont la douceur et l’éclat sont les charmes, Monts blanchis, golfe calme aux contours gracieux, Votre splendeur m’attriste, et souvent à mes yeux Votre divin sourire a fait monter les larmes. Du compagnon chéri que m’a pris le tombeau Le souvenir lointain me suit sur ce rivage. Souvent…