Skip to content

Recueil : Contrerimes

Pâle Matin De Février

Pâle matin de Février Couleur de tourterelle Viens, apaise notre querelle, Je suis las de crier ; Las d’avoir fait saigner pour elle Plus d’un noir encrier Pâle matin de Février Couleur de tourterelle.

L’immortelle, Et L’oeillet De Mer

L’immortelle, et l’oeillet de mer Qui pousse dans le sable, La pervenche trop périssable, Ou ce fenouil amer Qui craquait sous la dent des chèvres Ne vous en souvientil, Ni de la brise au sel subtil Qui nous brûlait aux lèvres ?

L’ingénue

D’une amitié passionnée Vous me parlez encor, Azur, aérien décor, Montagne Pyrénée, Où me trompa si tendrement Cette ardente ingénue Qui mentait, fût-ce toute nue, Sans rougir seulement. Au lieu que toi, sublime enceinte, Tu es couleur du temps : Neige en Mars ; roses du printemps Août, sombre hyacinthe.

Molle Rive Dont Le Dessin

Molle rive dont le dessin Est d’un bras qui se plie, Colline de brume embellie Comme se voile un sein, Filaos au chantant ramage – Que je meure et, demain, Vous ne serez plus, si ma main N’a fixé votre image.

Nocturne

Ô mer, toi que je sens frémir A travers la nuit creuse, Comme le sein d’une amoureuse Qui ne peut pas dormir ; Le vent lourd frappe la falaise Quoi ! si le chant moqueur D’une sirène est dans mon coeur – Ô coeur, divin malaise. Quoi, plus de larmes,…

Ô Poète, À Quoi Bon Chercher

Ô poète, à quoi bon chercher Des mots pour son délire ? Il n’y a qu’au bois de ta lyre Que tu l’as su toucher. Plus haut que toi, dans sa morphine, Chante un noir séraphin. Ma nourrice disait qu’Enfin Est le mari d’Enfine.

Pour Une Dame Imaginaire

Pour une dame imaginaire Aux yeux couleur du temps, J’ai rimé longtemps, bien longtemps : J’en étais poitrinaire. Quand vint un jour où, tout à coup, Nous rimâmes ensemble. Rien que d’y penser, il me semble Que j’ai la corde au cou.

Un Jurançon 93

Un Jurançon 93 Aux couleurs du maïs, Et ma mie, et l’air du pays : Que mon coeur était aise. Ah, les vignes de Jurançon, Se sont-elles fanées, Comme ont fait mes belles années, Et mon bel échanson ? Dessous les tonnelles fleuries Ne reviendrez-vous point A l’heure où Pau…