Sur Le Canal Saint-martin Glisse

Sur le canal Saint-Martin glisse,

Lisse et peinte comme un joujou,

Une péniche en acajou,

Avec ses volets à coulisse,

Un caillebot au minium,

Et deux pots de géranium

Pour la Picarde, en bas, qui trôle.

Je rêve d’un soir rouge d’or,

Et d’un lougre hindou qui s’endort :

– Siffle la brise eh toi ! créole.

L’un Vainqueur Ou L’autre Battu

L’un vainqueur ou l’autre battu,
Ces beaux soldats qui vous ont faite
Gardaient jusque dans la défaite
Le sourire de leur vertu.
Vous, pour avoir rendu les armes,
Je vous trouve fondue en larmes
Et qui m’insultez entre tant.
Que si l’on doit, toute sa vie,
Déplorer l’éclair d’un instant,
Mieux vaut coucher sur son envie.

Nane, As-tu Gardé Souvenir

Nane, as-tu gardé souvenir

Du Panthéon-Place Courcelle

Qui roulait à cris de crécelle,

Sans au but jamais parvenir ;

Du jour où te sculptait la brise

Sous ta jupe noire et cerise ;

De l’impériale au banc haut,

Où se scandait comme un ïambe

La glissade avec le cahot,

– Et du vieux qui lorgnait tes jambes ?

Non, Ce Taxi, Quelle Charrette

 » Non, ce taxi, quelle charrette.

C’est sous les toits, votre entresol ?

Je t’aime Oui c’est un tournesol

Si tu savais comme il me traite :

Des claques voilà mes cadeaux !

Je croyais n’être jamais prête.

Ça ? C’est moi. Laissez les rideaux.   »

  » Le coeur vous est bien en dentelle.   »

  » Mais il faut une heure   » dit-elle

  » Rien qu’à me lacer dans le dos. « 

Puisque Tes Jours Ne T’ont Laissé

Puisque tes jours ne t’ont laissé

Qu’un peu de cendre dans la bouche,

Avant qu’on ne tende la couche

Où ton coeur dorme, enfin glacé,

Retourne, comme au temps passé,

Cueillir, près de la dune instable,

Le lys qu’y courbe un souffle amer,

– Et grave ces mots sur le sable :

Le rêve de l’homme est semblable

Aux illusions de la mer.

Si Ta Grande Ombre, Ô Moréas

Si ta grande ombre, ô Moréas,
Revient aux cabarets des Halles
Parmi les filles de trois balles
Et leurs gitons complets à l’as,
Puissé-je au soir d’un beau Dimanche,
Près de l’homme à la souris blanche,
À l’Ange ou dans l’affreux Caveau,
Entendre encor ta voix cuivrée
Telle, de sagesse enivrée,
Une cigale, au renouveau.

Chandelier Toujours Sans Chandelle

Chandelier toujours sans chandelle
Mais qu’il y faudrait trop de suif,
Atricaille à revendre au Juif
Et qui fais peur à l’hirondelle :
Qu’Eiffel ait trouvé ton schéma
Dans les marais de Panama
Ça vaut-il à jamais qu’en France,
Sous couleur de parler sans fil
Aux nègres de l’île-à-Morfil,
Ta laideur soit sans espérance ?

Église De Saint-augustin

Église de Saint-Augustin,
Au porche maigre, à l’ample dôme
Dont les cloches seraient à Rome
Beaucoup mieux qu’ici, le matin,
Si ta circonspecte opulence
Ignore cette violence
Qui nous abyme en oraison,
C’est que Dieu même est resté triste
Qu’on prît pour bâtir sa maison
Un architecte calviniste.

Industrieux Fils De Dédale

Industrieux fils de Dédale

Qui ressuscitez dans Paris –

Pourquoi, j’y entrave que dale –

Tant de singes en vain péris ;

Et de quoi sert que Dieu les tue

Si vous nous fichez leur statue ?

Il faut vivre, se faire un nom.

– Eh ! Qui de savoir s’évertue,

Par la racine ou non,

Comment vous mangez la laitue.