Skip to content

Recueil : Élégies nationales

L’ile D’elbe

Non loin des rivages de France, Il est une île au sein des mers : C’est là que veille l’espérance Et le fléau de l’univers ; Et c’est là, qu’abusant du droit de la victoire, On jeta le héros poudreux et renversé, Pour l’y laisser vieillir comme un glaive émoussé,…

Ode

I. Le Temps ne surprend pas le sage, Mais du Temps le sage se rit, Car lui seul en connaît l’usage : Des plaisirs que Dieu nous offrit Il sait embellir l’existence, Il sait sourire à l’espérance, Quand l’espérance lui sourit. II. Le bonheur n’est pas dans la gloire, Dans…

Prologue

Je ne suis plus enfant : trop lents pour mon envie, Déjà dix-sept printemps ont passé dans ma vie : Je possède une lyre, et cependant mes mains N’en tirent dès longtemps que des sons incertains. Oh ! quand viendra le jour où, libre de sa chaîne, Mon cœur ne…

Sainte-hélène

Au milieu de la mer qui sépare deux mondes, Un rocher presque nu s’élève sur les ondes, Et son sinistre aspect remplit l’âme de deuil : C’est là que tant de gloire est par la mort frappée ; Et l’on y voit un nom, une croix, une épée,… Tous trois…

Talma

Oh ! De quelle splendeur brillaient nos jours passés, Quand un autre soleil échauffait la patrie ; Quand nos jeunes lauriers, vers le ciel élancés, Agitaient noblement leur tige refleurie ! Ces grands jours, déjà loin, ne vont plus s’éveiller : Notre avenir se décolore, Et le siècle prodigue a…

Fontainebleau

I. Ô mes concitoyens, que notre histoire est belle ! De quels récits brillants elle enivre nos cœurs ! Que de fois elle y va, par ses accents vainqueurs, D’un courage endormi réveiller l’étincelle ! Dans ses feuillets brûlants si l’œil erre parfois, Un charme impérieux de plus en plus…

La Gloire

Le temps, comme un torrent, roule sur les cités ; Rien n’échappe à l’effort de ses flots irrités : En vain quelques vieillards, sur le bord du rivage, Derniers et seuls débris qui restent d’un autre âge, Roidissant contre lui leur effort impuissant, S’attachent, comme un lierre, au siècle renaissant…

La Russie

I. Arrête, esprit sublime ! arrête ! Du sort crains de braver les lois ! Dieu qui commande à la tempête L’agite sur le front des rois ; Son bras pourra réduire en poudre Ton laurier qu’on croit immortel,… Et tu t’approches de la foudre, En t’élançant aux champs du…

La Victoire

I. Au sein des vastes mers, un aride rivage, Contre qui vient mugir la colère des flots, Se hérisse de rocs, effroi des matelots,… Du Corse belliqueux c’est le réduit sauvage : Là naguère le Sort, allumant un flambeau, Du bord presque ignoré consacra la mémoire ; C’est là qu’un…