Skip to content

Recueil : État De Veille

Terre

Un jour après un jour, Une vague après une vague. Où vas-tu ? Où allez-vous ? Terre meurtrie par tant d’hommes errants ! Terre enrichie par les cadavres de tant d’hommes. Mais la terre c’est nous, Nous ne sommes pas sur elle Mais en elle depuis toujours.

Suicidés

Pendus, égorgés, empoisonnés, Voici la foule des suicidés : Le chemin se hérisse, il a la chair de poule. Poignardés, noyés, précipités, Brisés par les roues du train, Suicidés vous n’avez pas gagné. Vous avez perdu Frères ! Frères perdus Qui donnez le mauvais exemple. 1936

Saisons

Le jour est à sa place et coule à fond de temps, À moins que l’être monte à travers des espaces Superposés dans la mémoire et délestant La cervelle et le cœur de souvenirs tenaces. Étés, puissants étés, votre nom même passe, Être et avoir été, passe-temps et printemps, Il…

Histoire D’une Ourse

Une ourse fit son entrée dans la ville. Elle marchait pesamment Et des gouttes d’eau brillaient dans son pelage Comme des diamants. Elle marcha méconnue, Elle marcha par les rues Dans son manteau poilu. La foule passait, Nul ne la regardait Et même on la bousculait. Enfin la nuit tomba…

Histoire D’une Abeille

Abeille bruissante des matins d’été, Abeille qui bourdonne dans la tasse, Abeille où es-tu allée ? Abeille bruissante et jamais lasse. J’ai construit ma ruche Dans la cervelle d’un enfant Mais tant va l’abeille à la cruche Que la fleur fleurit dedans. Ce furent d’abord les yeux étonnés Et le…

Histoire D’un Taureau

Taureau cornu, arqué, braqué sur la surface ensoleillée de l’arène où la lumière est si éblouissante que l’on distingue à peine de leurs ombres le torero, le picador et les banderillos, Taureau on n’attend plus que ton bon plaisir pour animer ce désert, Et, ce désert animé, que ton animation…

Fantôme

Arrête-toi ! Je suis ici, mais tant de nuit Nous sépare qu’en vain tu fatigues ta vue : Tu te tais car l’espace, où se dissout la rue, Nous-même nous dissout et nous saoule de bruit. C’est l’heure où, panaché de fumée et de suie, Le toit comme une plage…

Demain

Âgé de cent mille ans, j’aurais encor la force De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir. Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses, Peut gémir : Le matin est neuf, neuf est le soir. Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille, Nous veillons, nous gardons la lumière…

Couplet Du Boucher

La belle, si tu veux, je ferai ton lit Dans le décor sanglant de ma boutique. Mes couteaux seront les miroirs magiques Où le jour se lève, éclate et pâlit. Je ferai ton lit creux et chaud Dans le ventre ouvert d’une génisse Et, quand tu dormiras, pour qu’il te…