Skip to content

Recueil : Fables, Livre I

L’olive

Fable I, Livre I. L’olive, aux champs, n’est pas ce qu’elle est sur la table ; Le premier qui, sur l’arbre, essaya d’en goûter, Fit une mine épouvantable ; Au feu voulut faire jeter Le tronc qui produisait un fruit si détestable. Mieux vaut le cultiver, lui dit la Déité…

L’homme Et L’écho

Fable XII, Livre I. Un médisant accusait les échos. Un médisant !……. Je le ménage. Le ciel, disait-il dans sa rage, Puisse-t-il les punir de leurs mauvais propos ! Que d’ennemis je dois à leur langue indiscrète ! Tout, jusqu’à mes moindres discours, Devient article de gazette. M’échappe-t-il un mot…

Les Éponges

Fable X, Livre I. L’éponge boit, c’est son métier ; Mais elle est aussi souvent pleine De l’eau fangeuse du bourbier, Que de celle de la fontaine. Docteurs qui, dans votre cerveau, Logez le vieux et le nouveau, Les vérités et les mensonges, J’en conviens, vous retenez tout ; Mais…

Les Cygnes Et Les Dindons

Fable VI, Livre I. On nous raconte que Léda, Par le diable autrefois tentée, D’un amant à l’aile argentée, Un beau matin, s’accommoda. Hélas ! ces caprices insignes Sont encor les jeux des Amours ; Si ce n’est qu’on voit de nos jours Les Dindons remplacer les Cygnes.

Le Fleuve

Fable XVII, Livre I. Un grand fleuve parcourt le monde : Tantôt lent, il serpente entre des prés fleuris, Les embellit et les féconde ; Tantôt rapide, il s’enfle, il se courrouce, il gronde, Roulant, précipitant au milieu des débris Son eau turbulente et profonde. À travers les cités, les…

Le Fer Et L’aimant

Fable II, Livre I. Aux lois de la nature, amis, soumettons-nous ; Toujours sa volonté l’emporta sur la nôtre. L’aimant disait au fer : Pourquoi me cherchez-vous ? Pourquoi m’attirez-vous ? soudain répondait l’autre. Notre faiblesse et ton pouvoir, Sexe enchanteur, s’expliqueraient de même ; Ainsi tu plais sans le…

Le Colimaçon

Fable IV, Livre I. Sans ami, comme sans famille, Ici bas vivre en étranger ; Se retirer dans sa coquille Au signal du moindre danger ; S’aimer d’une amitié sans bornes ; De soi seul emplir sa maison ; En sortir, suivant la saison, Pour faire à son prochain les…

Le Chien Et Le Chat

Fable V, Livre I. Pataud jouait avec Raton, Mais sans gronder, sans mordre ; en camarade, en frère. Les chiens sont bonnes gens ; mais les chats, nous dit-on ? Sont justement tout le contraire. Aussi, bien qu’il jurât toujours Avoir fait pate de velours, Raton, et ce n’est pas…

L’âne Et Le Cerf

Fable XIV, Livre I. Vive la liberté ! criait, dans la prairie ; L’unique fois, hélas ! qu’il se soit emporté, Martin, qui se croyait vraiment en liberté, Pour n’être pas à l’écurie. Un cerf lui dit : Pauvre imprudent ! Vivre libre et bâté n’est pas chose facile. Ne…