Les Guèbres Et L’astronome

Fable VIII, Livre II.

xxL’astre du jour rentrait dans sa carrière ;
Les Guèbres l’adoraient. Quelle divinité,
Disaient-ils à genoux, au sein de la poussière,
Oserait avec toi disputer de beauté ?
Ton domaine est l’immensité !
Ta durée est l’éternité !
Et ta présence la lumière !
Rien de parfait que toi dans la nature entière.
Parfait ! dit un docteur à mes dévots surpris,
Quoique aussi bien qu’un autre il baissât la paupière ;
Parfait ! y pensez-vous ? parfait ! Pauvres esprits !
Apprenez donc combien votre erreur est grossière ;
Sachez qu’en plus d’un point le soleil est taché.
Non, ce n’est pas tout or que ce roi des planètes.
À vos yeux, j’en conviens, ce mystère est caché ;
Mais il est clair pour nos lunettes.
C’est peut-être y mal voir qu’y voir mieux qu’il ne faut.
Censeurs trop scrupuleux, ma fable est votre histoire.
Dans Delille, un Clément a vu plus d’un défaut ;
Mais grâce à tout défaut qui se perd dans sa gloire.

Les Larmes Du Crocodile

Fable VI, Livre II.

Le crocodile en pleurs, aux animaux surpris,
De la pitié vantait les charmes :
 » Craignez ceux qui jamais ne se sont attendris ;
Fiez-vous à quiconque a répandu des larmes :
Frères, l’homme est croyable, et l’homme pense ainsi.  »
 » — Je le sais, dit le bœuf ; et même il pleure aussi. « 

Les Trois Zones

Fable I, Livre II.

À M. Andrieux, de L’Institut.

Toi qui vis vraiment comme un sage,
Sans te montrer, sans te cacher,
Sans fuir les grands, sans les chercher,
Exemple assez rare en notre âge ;
Pardonne-moi, cher Andrieux,
Dans ces vers qu’aux vents je confie,
De dévoiler à tous les yeux
Ta secrète philosophie.

Certain Lapon des plus trapus,
Certain Cafre des plus camus,
Équipaient, comme on dit, de la bonne manière,
Un homme qui, fermant l’oreille à leurs raisons
Vantait l’astre éclatant qui préside aux saisons,
Enfante la chaleur, et produit la lumière.
— Peut-il ériger, s’il n’est fou,
En bienfaiteur de la nature,
Un astre qui, six mois, me cache sa figure,
Et va briller je ne sais où,
Tandis que je gèle en mon trou,
Malgré ma femme et ma fourrure ?
On conçoit que celui qui s’exprimait ainsi
N’était pas l’habitant de la zone torride.
Pour moi, disait cet autre, en mon climat aride,
Je ne gèle pas, Dieu merci !
Mais je rôtis en récompense ;
Et sans avoir l’honneur d’être Lapon, je pense
Qu’un fou, lui seul, a pu vanter
La douce et bénigne influence
Du soleil, qui ne luit que pour me tourmenter ;
Qui, d’un bout de l’année à l’autre,
Embrase la terre, les airs,
Et porte en mon pays, jusques au fond des mers,
La chaleur qu’il refuse au vôtre.
Le fou, qui cependant célébrait les bienfaits
Du roi de la plaine éthérée,
Fils de la zone tempérée,
N’était rien moins que fou, quoiqu’il fût né Français.
Sans se formaliser des vives apostrophes
Du nègre et du nain philosophes,
Seigneur Lapon, dit-il, votre raisonnement
Est sans réplique, en Sibérie ;
Comme le vôtre en Cafrerie,
Monsieur le noir ; mais franchement,
Autre part, c’est tout autrement.
En France, par exemple, on ne vous croirait guère.
L’astre à qui vous faites la guerre,
Là, par ses rayons bienfaisants,
De fleurs et de fruits, tous les ans,
Couvre mes champs et mon parterre ;
S’éloignant sans trop me geler,
S’approchant sans trop me brûler,
De mon climat, qu’il favorise ;
À la faucille, au soc, il livre tour à tour
Mes campagnes, qu’il fertilise
Par son départ et son retour.
Vous qui craignez le feu, vous qui craignez la glace
Venez donc à Paris. Gens d’excellent conseil
Disent qu’un sage ne se place
Trop près ni trop loin du soleil.

L’œuf De L’aigle

Fable IX, Livre II.

Au temps où les bêtes parlaient
Non pas hier pourtant, un grave personnage,
Un dindon, le Nestor des dindons de son âge,
Elevait quinze enfants, qui tous lui ressemblaient.
Tous, j’ai tort ; car l’un d’eux, et la chose est prouvée,
Éclos de la même couvée,
Des autres, toutefois, croissait fort différent :
Bien qu’il fût le plus jeune, il était le plus grand ;
S’il ne disputait pas la noirceur à l’ébène,
La blancheur de l’albâtre éclatait sur son corps ;
Son bec tranchant était retors
Comme un nez dit à la romaine ;
Ces yeux, si peu malins que ses jeunes amis
Portaient enchâssés sous leur crête,
Chez ce dindon manqué, pareils à deux rubis,
Etincelaient enfoncés dans sa tête.
Au lieu de ces ergots dont le coq orgueilleux
Laboure obscurément le fumier et la terre,
Ses pieds étaient armés de cette double serre
Qui porte l’échanson des dieux,
Et se joue avec le tonnerre.
On conçoit qu’un tel écolier
Aux leçons d’un coq-d’inde était fort peu docile ;
Chaque jour son humeur, de moins en moins facile,
Scandalisait le poulailler.
Le chat paraissait-il :  » Vite, enfants, qu’on se cache !  »
Criait le surveillant, le premier à partir.
Dindonneaux de rentrer, mon drôle de sortir,
Et de narguer Raton jusque sous sa moustache.
L’autour ou l’épervier, sur le troupeau gloussant,
Faisaient-ils mine de s’abattre ;
Tandis que tout fuyait, sur ses pieds se dressant,
Le bec en l’air, mon drôle attendait pour combattre.
Ami des jeux, bien moins qu’ennemi du repos,
Jouait-il une fois ; il jouait Dieu sait comme !
De la cage à poulets se faisant un champ clos :
Tel, déjà capitaine au milieu des marmots,
Guesclin, dans un enfant, faisait voir un grand homme.
Bref, maint ami plumé se plaignait du héros.
Dindons étaient toujours les dindons de l’affaire ;
Dindons de répéter leur éternel propos :
C’est un mauvais sujet ; on n’en pourra rien faire.
Ce mauvais sujet, un beau jour,
Quand ses ailes furent venues,
Prit congé de la basse-cour,
Et, du premier essor, se perdit dans les nues.

Ainsi plus d’un héros futur,
Elevé dans un rang obscur,
En suivant son génie, agit contre la règle :
Dans le comptoir, Fabert ne rêvait que combats.
Mais pourquoi ? mais comment ? Amis, n’oubliez pas
Qu’une dinde parfois peut couver l’œuf d’un aigle.

L’ours, Le Sansonnet, Le Serpent Et Le Singe

Fable X, Livre II.

Naguère un ours encor sauvage,
Ours sans esprit et sans usage,
Mais non pas sans ambition,
Disait :  » Je veux aller à la cour du lion.
Pour plaire en entrant là comment faut-il que j’entre ?  »
Le singe dit,  » C’est en sautant ;  »
Le sansonnet,  » C’est en chantant ;  »
 » Ou bien, dit le serpent, en marchant sur ton ventre. « 

Le Mulot Et L’éléphant

Fable XI, Livre II.

Un jour, tout en philosophant,
Tout en promenant ses pensées,
Une bête des plus sensées…
Un homme ?… non, un éléphant,
D’un mulot sous ses pieds rencontra la retraite.
La voûte ici n’était pas faite
Pour porter un tel poids : comme on l’a deviné,
Maître et maison, d’un pas, tout fut exterminé.
Et puis après que l’on prétende
Que pour notre bien seul les grands penseurs sont nés.
Bref, la petite bête échappait, si la grande
Eût pu voir une fois jusqu’au bout de son nez.
 » Barbare, s’écriait, en sa douleur amère,
Du malheureux défunt l’inconsolable mère,
Que le ciel punisse ton forfait !
Hélas ! quel mal t’avait-il fait,
Mon pauvre enfant ? — Aucun, sans doute ;
Mais faut-il vous en prendre à moi ?
Dit le rêve-creux, et pourquoi
S’est-il rencontré sur ma route ?  »

Monseigneur passe ; amis, rangeons-nous de côté.
Sous ses pas, croyez-moi, bien fou qui se hasarde :
S’il ne vous fait du mal par volonté,
II vous en fera par mégarde.

Le Riche Et Le Pauvre

Fable II, Livre II.

Penses-y deux fois, je t’en prie ;
À jeun, mal chaussé, mal vêtu,
Pauvre diable ! comment peux-tu
Sur un billet de loterie
Mettre ainsi ton dernier écu ?
C’est par trop manquer de prudence ;
Dans l’eau c’est jeter ton argent ;
C’est vouloir… — Non dit l’indigent ;
C’est acheter de l’espérance.

Le Singe Et Le Philosophe

Fable XIII, Livre II.

En Chine, un animal, singe de son métier,
Crut, comme bien des gens, que, s’il changeait de cage,
Il changerait de personnage.
Profitant donc de l’heure où le saint du quartier,
Chez le peintre où le charpentier,
Se trouvait en raccommodage,
Il se loge en sa niche ; et, composant son ton,
Du béat qu’il supplée affectant l’air paterne,
Il se dit, on le croit le patron du canton.
Le petit peuple se prosterne ;
Mainte dévote aussi. Cent fois j’ai rencontré
Mainte dévote aux pieds de saints de moindre étoffe.
L’exemple avait gagné quand un jeune lettré,
Fils de Confucius, apprenti philosophe,
Avisant le magot, qui, toujours méconnu,
De sa guérite parfumée
Humait les vœux et la fumée,
Lui donna cet avis, qu’on a peu retenu :
 » Hors d’ici, que l’on ne te chasse,
Sot qu’un plus sot vient adorer ;
La place ne peut t’honorer,
Et tu déshonores la place. « 

L’enfant Et Le Frelon

Fable XII, Livre II.

Un jeune enfant n’avait pas remarqué
Certain Frelon qui pillait un parterre ;
Comme un auteur surpris par le folliculaire,
Au milieu de ses jeux, zeste, il se sent piqué,
Au moment qu’il n’y pensait guère.
Comme un auteur, il jette les hauts cris.
Accourt monsieur l’abbé du fond de sa retraite.
Vengez-moi, lui dit-on, quand il a tout appris.
— Vous venger, mon enfant ! la chose est déjà faite.
Le sage avait raison ; car l’insecte pillard,
Martyr de sa propre furie,
Dans la piqûre, avec son dard,
Avait déjà laissé sa vie.

À même cause, même effet ;
Laissons en paix le pauvre monde :
Gens d’humeur par trop furibonde,
On peut mourir du mal qu’on fait.

Les Blés Et Les Fleurs

Fable V, Livre II.

Plus galant que sensé, Colin voulut jadis
Réunir dans son champ l’agréable à l’utile,
Et cultiver les fleurs au milieu des épis,
Rien n’était, à son gré, plus sage et plus facile.

Parmi les blés, dans la saison,
Il va donc semant à foison
Bluets, coquelicots, et mainte fleur pareille
Qu’on voit égayer nos guérets,
Quand Flore, en passant chez Cérès,
A laissé pencher sa corbeille.
Dans peu, se disait-il, que mon champ sera beau !
Avant l’ample récolte au moissonneur promise,
Que de bouquets pour Suzette, pour Lise,
Pour les fillettes du hameau !
Partant que de baisers ! oui, cadeau pour cadeau ;
Ou rien pour rien, c’est ma devise.

Le doux printemps paraît enfin :
Le bluet naît avec la rose.
En mai, le bonheur de Colin
Faisait envie à maint voisin ;
En août ce fut tout autre chose.
Tandis qu’il n’était pas d’endroits
Où la moisson ne fût certaine ;
Que les trésors de Beauce au loin doraient la plaine,
Et que le laboureur n’avait plus d’autre peine
Que celle de trouver ses greniers trop étroits ;
Trop tard désabusé de ses projets futiles,
D’un œil obscurci par les pleurs,
Colin, dans ses sillons stérilement fertiles,
Cherche en vain les épis étouffés sous les fleurs.

Vous qui dans ses travaux guidez la faible enfance,
Ceci vous regarde, je crois ;
Chez vous, on apprend à la fois
Le latin, la musique, et l’algèbre, et la danse.
C’est trop. Heureusement savons-nous, mes amis,
Que le Rollin du jour n’est pas de cet avis.
Enseigner moins, mais mieux, oui, tel est son système
Colin, vous dit-il sagement,
Ne cultivons que le froment,
Le bluet viendra de lui-même.

Les Dieux Jouant Au Colin-maillard

Fable IV, Livre II.

Dans l’Olympe on s’ennuie. — Y pensez-vous, grands Dieux !
— Oui, Messieurs ; oui, j’y pense, et je veux le redire :
Dans l’Olympe on s’ennuie, ainsi qu’en d’autres lieux
Qui souffrent peu le mot pour rire.
Dieux d’en-haut, Dieux d’en-bas, vous jetez quelquefois
Des regards envieux sur la fange où nous sommes.
Il est beau d’être dieux, il est bon d’être rois ;
Mais il est doux parfois d’être hommes.
Jupiter le pensait ainsi ;
Un soir, libre de tout souci,
Voulant se divertir sans user son tonnerre,
Or ça, dit-il aux Dieux, amusons-nous ici
Comme on s’amuse sur la terre.
Momus, un jeu bien gai ! — Bien gai ! dit l’égrillard,
Qui des jeux dans sa tête a tout le répertoire ;
Jouons un jeu d’enfants ; si vous voulez m’en croire,
Nous ferons un Colin-Maillard.
En quatre mois, il fait connaître
Le jeu terrestre à la céleste cour ;
Comment on prend, comment on est pris tour à tour.
Junon prête un mouchoir : c’est au plus jeune à l’être ;
Le plus jeune c’était l’Amour,
L’enfant, qui déjà n’y voit goutte,
Un bandeau de plus sur les yeux,
Va d’un côté, de l’autre ; et les éclats joyeux
De l’Olympe étonné font retentir la voûte.
Les Dieux, qui riaient fort, comptaient rire encor plus,
Quand notre espiègle eut mis la main sur la Justice.
Cet autre aveugle au jeu n’entendra pas malice ;
Elle est là pour longtemps disait surtout Momus.
Il se trompait. Elle entre en lice,
Et, dès le premier pas, elle attrapa Plutus.
Celui-là devait-il s’attendre
À jamais sortir d’embarras ?
Il est quelque peu lourd Venus, tu m’apprendras
Comment il a fait pour te prendre.

Le Cheval Et Le Pourceau

Fable XV, Livre II.

 » Que fais-tu donc en ce bourbier,
Où je te vois vautré sans cesse ?  »
Au pourceau disait le coursier.
 » Ce que j’y fais ? parbleu ! j’engraisse ;
Et tu ne ferais pas très mal,
Poursuivait l’immonde animal,
D’en faire autant : parfois la guerre
Accroît le renom d’un héros,
De qui l’embonpoint n’accroît guère ;
Tu n’as que la peau sur les os.
— Cela se peut ; mais, de ma vie,
Ton sort ne tentera mon cœur :
J’aime mieux maigrir dans l’honneur
Que d’engraisser dans l’infamie. « 

Le Colin-maillard

Fable III, Livre II.

À ma femme Sophie.

Que j’aime le colin-maillard !
C’est le jeu de la ville et celui du village ;
Il est de tout pays, et même de tout âge ;
Presque autant qu’un enfant il égaye un vieillard.
Voyez comme il se précipite,
Sans penser même aux casse-cous,
Comme il tourne, comme il s’agite
Parmi ce jeune essaim de folles et de fous ;
Ce jeune homme enivré qu’on cherche et qu’on évite.
Quel plaisir ! il poursuit vingt belles à la fois ;
Comme la moins sévère il prend la plus farouche ;
S’il n’y voit pas, du moins il touche ;
Ses yeux sont au bout de ses doigts.
Que dis-je ? hélas ! tout n’est pas fête.
Au lieu des doux attraits qu’on croit en son pouvoir,
Si l’on rencontre pot au noir,
Jeune homme ; alors, gare à la tête.

En amour, comme au jeu qu’en ces vers nous chantons,
Un bandeau sur les yeux, on s’attrape à tâtons.
De son aveuglement, sage qui se défie,
Et qui, même en trichant, cherche à voir tant soit peu.
Mais c’est ainsi, dit-on, que l’on friponne au jeu ;
C’est ainsi qu’on y gagne, et que j’ai pris Sophie.

La Chasse Au Renard

Fable XVII, Livre II.

À qui diable en veut cet Anglais ?
Il sort du lit avant l’aurore,
Laisse dormir sa femme, éveille ses valets,
Et court déjà les champs qu’il n’est pas jour encore.
Le silence a fui loin des bois ;
Comme ceux des murs où nous sommes,
Leur écho redit à la fois
Les jurements, les cris, les voix
Des chiens, des chevaux et des hommes.
Mais quoi ! le limier est lâché ;
Sur ses pas, en hurlant, le chien courant détale :
La queue en l’air, le nez à la terre attaché,
Des bassets suit la meute intrépide et bancale.
Un commun espoir les soutient.
On trotte, on court, on va, l’on vient ;
On se rejoint, on se sépare ;
On presse, on retient son essor,
Au gré des sons bruyants du cor,
Au caprice de la fanfare.
Point de repos : bêtes et gens,
À qui mieux mieux chacun s’excite.
Mais tombe enfin qui va si vite ;
Tout l’équipage est sur les dents.
Couvert d’écume et de fumée,
Le coursier du maître est rendu ;
Plus d’un chien haletant sur l’herbe est étendu,
Et de sa gueule en feu pend sa langue enflammée.
Milord, qui de chemise a besoin de changer,
Et lentement chez soi retourne à la nuit noire,
À passé le jour sans manger,
Et, qui pis est pour lui, sans boire !
Et pourquoi tant de bruit, tant de soins, tant de mal ?
Pour forcer un triste animal
Qui perd, aussitôt qu’on l’attrape,
Le prix qu’il semble avoir alors qu’il nous échappe ;
Et, loin de nous valoir ce qu’il nous a coûté,
N’offre à l’heureux vainqueur de tous ses stratagèmes,
Qu’un mets auquel deux fois on n’a jamais goûté,
Et dont les chiens à jeun ne veulent pas eux-mêmes !

Toi qui possèdes la grandeur,
Et t’es éreinté sur sa trace,
S’il se peut, parle avec candeur ;
As-tu fait plus heureuse chasse ?

La Couronne Et Le Bonnet De Nuit

Fable VII, Livre II.

Toi qui te dis mon camarade,
Devrais-je ici te rencontrer,
Bonnet ridicule et maussade ?
Le jour, peux-tu bien te montrer,
Si ce n’est au front d’un malade ?
Quel espoir te retient céans ?
De l’indolence épais emblème,
Te crois-tu chez ces fainéants
Qui te ceignaient pour diadème ?
Va, le prince à qui j’appartiens
Porte autrement qu’eux la couronne.
Vois tout l’éclat qui m’environne,
C’est de lui seul que je le tiens.
Actif dans la paix, dans la guerre,
Ce roi ne se repose guère ;
S’il me permet quelque repos,
C’est lorsque, des mains de la Gloire,
II prend le casque des héros
Ou le laurier de la Victoire.

Mais le bonnet, jusqu’à ce jour,
Vit-il jamais venir son tour ?
Pourquoi donc sort-il de l’armoire ?
Crois-moi, si tu crains les railleurs,
À la cour grand en est le nombre,
Crois-moi, rentre au plus tôt dans l’ombre,
Ou va chercher fortune ailleurs.
— C’est ici que je dois l’attendre.
Répond humblement le bonnet ;
Et je puis vous le prouver net,
Si vous consentez à m’entendre.
Partout où le trône est placé,
De droit vous vous dites admise ;
Eh bien ! moi, je me crois de mise
Partout où le lit est dressé.
N’en est-il en cette demeure ?
Nature y perd-elle ses droits ?
Ou, par bonheur, les yeux des rois
Seraient-ils ouverts à toute heure ?
Quand vient minuit, nous le voyons,
Votre noble poids les chagrine,
Et l’on dirait que quelque épine
Les tourmente sous vos rayons.
Mon règne alors succède au vôtre :
Le front de toute majesté
Qui veut dormir en liberté
Doit être coiffé comme un autre.
Et puis, mais soit dit entre nous,
N’est-il pas d’autres soins plus doux
Qui font quitter la compagnie
Et l’habit de cérémonie ?
À moi la nuit, à vous le jour :
Oui, bien que votre orgueil en gronde,
Mon crédit, même ici, se fonde
Sur les premiers besoins du monde :
Sur le sommeil et sur l’amour.