Les Maladroits

Fable VIII, Livre IV.

Pour complaire aux goûts innocents
Des grands et des petits enfants,
De pauvres baladins allaient de foire en foire,
Représentant les faits les plus intéressants
Ou de la fable ou de l’histoire.
Ressuscitant les vieux héros
De l’Italie et de la Grèce,
Casque en tête, cuirasse au dos,
Epée au poing, c’est en champ clos
Qu’ils faisaient briller leur adresse.
Or, un beau jour (et, cette fois,
On avait mis la scène en France),
Sous les murs d’Orléans , et, pour leur délivrance,
Contre Jean Chandos, Jean Dunois
Devait combattre à toute outrance.
Sous le fer du Français, notez bien ce point-ci,
Le Breton, dans cette aventure,
Devait mourir ; mais, Dieu merci,
Mourir sans une égratignure.
Il en advint tout autrement,
Au détriment du pauvre sire,
Qui fut estropié très sérieusement,
Au lieu d’être tué pour rire.
— Et que fit le public ? — Le public ? il siffla
Et le vainqueur et sa prouesse.
J’aurais fait comme lui si j’avais été là.
Dans un jeu, mes amis, quelle qu’en soit l’espèce,
Jeu d’esprit, jeu de main, retenez bien cela,
On doit siffler celui qui blesse.

Les Ours Mal Léchés

Fable XVII, Livre IV.

Une ourse avait mis bas ; ourses du voisinage
D’accourir pour voir le poupon.
 » Est-ce une fille? Est-ce un garçon ?
Est-il bien gros ? Est-il bien sage ?
Sans que ce soit un damoiseau,
Puisqu’il est le fils de son père,
Comme un ange il doit être beau,
Pour peu qu’il ressemble à sa mère.  »
 » — Gomme un diable il est laid, commère,  »
Devait répondre la maman,
Si sur ce point, une fois l’an,
Maman pouvait être sincère.
La nôtre à tous les yeux cachait son nourrisson ;
Masse informe, ébauche grossière,
Ours, qui d’ours n’avait que le nom ;
D’un ours c’était bien la matière,
Mais il manquait la façon.
C’est à la lui donner que la dame s’applique.
Au fond d’un antre obscur, loin du monde et du bruit.
C’est à lécher sans cesse et relécher son fruit
Qu’elle met son étude unique.
Ses efforts n’ont pas été vains :
Ainsi qu’on voit la molle argile,
Sous les doigts d’un artiste habile,
Prendre un buste, un visage, et des pieds et des mains ;
Grâce aux soins qui le débarbouillent,
Du petit monstre, en peu de jours,
Les traits tour à tour se débrouillent,
Et c’est, s’il n’a changé, le plus joli des ours.
Sa mère, je le crois, ne lisait point Horace ;
Mais nous qui le lisons, nous autres beaux esprits,
Pourquoi moins qu’elle user de ses sages avis ?
Cent fois sur le métier remettez vos écrits,
A dit le maître du Parnasse.
Vains préceptes! nos vers sont à peine ébauchés,
Que de les mettre au jour rien ne peut nous distraire,
Aussi sur le théâtre, aussi chez le libraire,
Mes amis, que d’ours mal léchés !

Le Coq Et Le Chapon

Fable XIV, Livre IV.

 » L’excellente caricature !  »
Disait un jeune coq en riant aux éclats :
Un chapon, malgré l’aventure
Qui l’oblige au moins gai de tous les célibats,
Vouloir être chef de famille !
De poussins quelle bande autour de lui fourmille !
S’il était sincère aujourd’hui,
Il conviendrait, le pauvre hère,
Qu’entouré des enfants d’autrui,
Il croit quelquefois être père.  »
 » — D’accord, dit le Manceau, mais quelquefois aussi,
Conviens-en, l’ami, tu crois l’être ?  »
 » — Compère, autour de nous je ne vois, Dieu merci,
Qu’enfants auxquels j’ai donné l’être.  »
 » — Poussé par le plaisir bien plus que par l’amour,
Lovelace de basse-cour,
À demi, je le sais, tu leur donnas le jour.
Mais quel soin les a fait éclore ?
Sous ton aile, en naissant, vinrent-ils se ranger ?
Dans le besoin, dans le danger,
Es-tu le protecteur que leur faiblesse implore !
Entre eux et toi jamais fut-il rien de commun ?
Pas un ne te connaît, tu n’en connais pas un.
Séparons-nous ; et puis, observe
Vers qui les conduira l’instinct reconnaissant.
Tu leur donnas la vie… une fois ; et moi, cent ;
Chaque jour je la leur conserve.
Les doux soins dont tu te défends,
C’est la paternité. Prodigue tes caresses :
Tu peux avoir eu des maîtresses,
Mais tu n’as jamais eu d’enfants. « 

Le Papillon, L’abeille Et La Rose

Fable IV, Livre IV.

À mes enfants.

Du printemps la fille vermeille,
La rose ne vit qu’un moment,
Dont le papillon et l’abeille
Profitent bien différemment.
Gaspillant, comme un fou, les biens qu’on lui prodigue
Tandis que l’insecte léger,
Chenille un jour avant, funeste au potager,
En stériles baisers sur la fleur se fatigue,
L’abeille y puise l’or qu’attendent ses rayons,
L’or qui doit la nourrir dans sa maison bien close,
Longtemps après le jour fatal aux papillons,
Où l’on voit se faner la rose.

Au travail, mes enfants, accordez une part
Dans les jours de votre jeunesse :
Tout donner au plaisir n’est pas de la sagesse ;
Tel qui pense autrement, même avant la vieillesse,
S’en repentira, mais trop tard.

Le Soleil Et La Chandelle

Fable VI, Livre IV.

Or çà, mes amis, essayons
De vous redire en vers tout ce que la chandelle
Disait naguère en prose, en voyant ses rayons
Porter jusqu’à six pas la lumière autour d’elle.
 » Ce n’est pas tout-à-fait la clarté du soleil,
Et je n’éclaire pas une sphère aussi grande.
À cela près, je le demande,
xxMon rôle au sien n’est-il pas tout pareil ?
À votre gré, monsieur, à votre goût, madame,
Écrivez, jouez ou lisez,
Tricotez, brodez ou cousez,
À qui veut en user je prodigue ma flamme.
Vous blâmez le soleil de trop tôt se coucher,
De se lever trop tard ; qu’il dorme en paix sous l’onde,
Et l’on ne saura pas s’il est nuit en ce monde,
Pour peu qu’on ait pris place à cette table ronde,
Et que l’on pense à me moucher.  »
Cependant le soleil, averti par les heures,
Plus alerte et plus radieux,
Avait abandonné les humides demeures,
Et ses premiers rayons doraient déjà les cieux.
À mesure qu’il perce et dissipe les voiles
Par la nuit étendus sur le monde obscurci,
Voyez-vous pâlir les étoiles ?
Les étoiles, la lune, et la chandelle aussi !
Ainsi, dans mainte académie,
Passez-moi la comparaison,
Le faux esprit s’éclipse auprès de la raison ;
Le bel esprit s’éclipse à côté du génie.
 » Mon enfant,  » dit l’astre du jour,
En plaignant sa rivale à demi consumée
De perdre sa gloire en fumée,
 » Veux-tu de ton triomphe assurer le retour :
Fais tout fermer, porte, fenêtre,
Volets surtout ; fais que la nuit
Règne à jamais dans ce réduit :
La nuit te fait briller ; je la fais disparaître. « 

Les Braconniers Et Le Lièvre

Fable IX, Livre IV.

Prétendons-nous au même office ;
Aspirons-nous au même objet,
Sous-lieutenance ou bénéfice,
Trône ou fauteuil ; en ce projet,
Mes bons amis, que Dieu nous serve !
Mais, comme entre nous tous il n’en peut servir qu’un,
D’un travers, dès longtemps commun,
Qu’au moins sa bonté nous préserve !
Des vœux sont-ils des droits ?
Non, camarade : hé bien !
Qu’au bonheur d’un rival notre raison pardonne.
Nous a-t-il dépouillé, pour s’emparer d’un bien
Qui n’appartenait à personne ?

xxDeux braconniers chassaient le long d’un bois,
Etrangers l’un à l’autre et pour gain et pour perte ;
Mais bons amis : l’un d’eux était un vieux matois ;
L’autre jeune, et parfois plus étourdi qu’alerte.
Il voit passer un lièvre, et ses cris aussitôt
D’ébruiter ce qu’il doit taire.

Le vieux routier, tout au contraire,
D’ajuster sans dire un seul mot ;
Et, pan ! voilà le lièvre à terre.
 » Quoi !  » dit le bavard étonné,
Et qui, dans son dépit, avait presque la fièvre,
 » Quoi ! venir jusque sous mon né,
Venir me prendre ainsi mon lièvre !  »
 » — Lui ! ton lièvre ? es-tu fou ? te moques-tu des gens ?  »
Dit l’autre en se jetant sur la pièce abattue.
 » Ton lièvre ?  » dis le mien.  » Lièvre qui court les champs
N’appartient, mon ami, qu’au chasseur qui le tue. « 

Les Deux Pincettes

Fable III, Livre IV.

Madame était au bal, monsieur était au jeu,
Et leurs gens, comme on l’imagine,
Sur le poêle assoupis, s’inquiétaient fort peu
D’une pincette de cuisine,
Par eux, dans le salon, laissée au coin du feu.
Mais la pincette de leur maître,
Noble pincette, qui, de droit,
Seule avait jusqu’alors servi dans cet endroit,
S’en inquiétait trop peut-être.
 » Laisser auprès de moi cet instrument grossier !
À quoi pense-t-on ? disait-elle.
Voudrait-on mettre en parallèle
Et le fer et la rouille, avec l’or et l’acier
Dont ma double branche étincelle ?
Comme monsieur, à son retour,
Des valets négligents frottera les oreilles !
Comme on vous renverra, ma chère, au feu du four
Vous chauffer avec vos pareilles !  »
 » — Mes pareilles, répond l’instrument roturier,
Madame, ainsi que vous sont faites,
Et j’en vois, en dépit de l’art de l’ouvrier,
Partout où je vois des pincettes.
Les efforts de cet art n’ont mis
Qu’une différence assez mince
Entre la pincette d’un prince
Et la pincette d’un commis.
L’une et l’autre, ma sœur, quittent fort peu la cendre ;
L’une et l’autre, soit dit sans vous effaroucher,
À celui qui s’en sert, prêtent leurs doigts pour prendre
Tout ce qu’avec ses doigts il ne veut pas toucher.
Pensez moins à votre parure,
Et pensez plus à votre emploi ;
La différence, au fait, n’est, entre vous et moi,
Que de la rouille à la dorure. « 

L’aigle, L’aiglon Et Le Soleil

Fable XII, Livre IV.

L’oiseau-roi veut-il reconnaître
S’il a transmis sa force au fruit de son amour,
Si l’aiglon sera digne un jour
Du noble sang qui l’a fait naître ?
À l’heure où du soleil le front plus épuré
De splendeur inonde l’espace,
Saisissant l’espoir de sa race,
Il l’enlève, et lui fait contempler face à face
Le prince étincelant du royaume azuré.
Sur cet éclat que rien n’efface,
Si l’aiglon jette un regard assuré ;
Sans cligner même la paupière,
S’il fixe un œil audacieux
Sur l’immortel foyer d’où jaillit la lumière
Qui nous force à baisser les yeux ;
Exhalant l’orgueil qu’il respire,
L’aigle annonce à la terre, au ciel, au monde entier,
Qu’il a reconnu l’héritier
Et de la foudre et de l’empire.
Toi qu’aux vœux des Français l’amour vient de donner,
Qu’en ton berceau sa main se plaît à couronner,
Je te présage un règne aussi grand que prospère,
Si, tout en l’admirant, tu peux, sans t’étonner,
Entendre ou lire un jour l’histoire de ton père.

Le Carrosse Et La Charrette

Fable X, Livre IV.

 » Ma sœur, vois-tu là-bas, là-bas,
Vois-tu ce tourbillon s’élever sur la route !
Comme il grossit ! vers nous comme il vient à grands pas !
Que nous annonce-t-il ? un carrosse sans doute.  »
 » — Oui, mon frère, et celui d’un prince assurément.  »
 » — Ah ! dis plutôt du roi ; car très distinctement
Je vois d’ici ses équipages,
Ses gardes-du-corps, ses courriers,
Ses postillons, ses écuyers,
Ses chiens, et même aussi ses pages.  »
Pendant que le frère et la sœur,
Enfants plus hommes qu’on ne pense,
Jugeaient ainsi sur l’apparence,
Le poudreux tourbillon de plus en plus s’avance,
Et permet à leurs yeux d’en percer l’épaisseur.
Produit par un cortège en sa course rapide,
Que cachait-il ? C’étaient, je ne puis le nier,
C’étaient les ânes d’un meunier,
Qui galopaient autour de sa charrette vide.
Je vous laisse à penser quel fut l’étonnement,
J’allais presque dire la honte,
De nos pauvres petits en voyant leur mécompte.
Le père en rit d’abord ; et puis, très sensément :
 » Votre erreur, leur dit-il, n’était pas si grossière.
Les grands et les petits ne diffèrent pas tant
Que vous pensez ; maint fait le prouve à chaque instant.
Rien surtout, mes amis, ne se ressemble autant
Que les hommes dans la poussière. « 

Le Chien Enragé

Fable II, Livre IV.

A.
Epargne ce pauvre animal.

B.
Un bâton fera son affaire.

A.
Mais il ne t’a fait aucun mal.

B.
A tant d’autres il vient d’en faire !

A.
La douleur se peint dans ses yeux.

B.
Ne t’y trompe pas, c’est la rage.

A.
Et puis, regarde, il est si vieux !

B.
Les chiens enragés n’ont point d’âge.

Le Chien Et Les Puces

Fable XIII, Livre IV.

A-t-on des puces, mes amis,
Il faut songer à s’en défaire.
Mais loin qu’il fût de cet avis,
Certain barbet jadis faisait tout le contraire,
Et du ton d’un riche, ou d’un grand
Qui s’enorgueillirait des amis de tout rang,
Dont toute bonne table en tout pays foisonne,
Disait, au lieu de se gratter :
Que de gens je puis me flatter
D’avoir autour de ma personne !
Un peuple tout entier accompagne mes pas.  »
 » — Rien de plus vrai, dit une puce ;
Mais, crois-moi, ne t’en prévaux pas :
S’il tient à toi, c’est qu’il te suce. « 

Le Cochon Et Le Guêpier

Fable V, Livre IV.

Don pourceau, lâché dans la plaine,
S’émancipait à travers choux,
Flairant, fouillant dans tous les trous,
Et, dans l’espoir de quelque aubaine,
Mettant tout sens dessus dessous.
Du fait sa noble espèce est assez coutumière.
Or donc, après avoir ravagé maint terrier,
Saccagé mainte fourmilière,
Ecrasé mainte taupinière,
Mon galant va dans un guêpier
Donner la tête la première.
Vous devinez comment il y fut accueilli.
En un clin d’œil son nez immonde,
Par la peuplade furibonde,
De toutes parts est assailli.
Malgré l’épais abri du lard qui l’environne,
Ce pauvre nez paya pour toute la personne,
Et fut par l’aiguillon chatouillé jusqu’au bout.
Étourdis, prenez-y donc garde !
Vous voyez que l’on se hasarde
À mettre ainsi le nez partout.

Épilogue

Tandis que sur l’herbe étendu,
Au bord d’une onde enchanteresse,
Fuyant et la molle paresse
Et le travail trop assidu,
Je ris de l’humaine faiblesse,
Et j’use mes moments perdus
À médire de notre espèce,
Mais non pas des individus ;
Qui peut troubler la paix du monde ?
Contemplant les plaines de l’onde,
L’Europe a réclamé ses droits.
Napoléon s’arme, il se lève,
Et dans sa main brille le glaive
Qui fait et qui défait les rois.
Dans les secrets de sa colère,
Imprudent qui veut pénétrer !
J’ignore en quels lieux de la terre
Albion va le rencontrer ;
Mais quels honneurs, mais quelle gloire ;
Seraient promis à ma mémoire,
Si je pouvais croire aujourd’hui,
Que mes rivaux dans l’art des fables
Ne me sont pas plus redoutables
Que l’univers entier pour lui !

Mai 1812.

La Bouche Pleine

Fable XVI, Livre IV.

 » Demande-t-on la bouche pleine ?  »
Disait ma femme à son marmot :
 » Fi ! qu’il est laid ! fi ! qu’il est sot !
Il n’aura plus rien pour sa peine.  »
Le marmot de pleurer, non qu’il eût appétit ;
Mais il était à table, et c’était là son centre ;
Mais il était de ceux dont le proverbe dit :
 » Tes yeux sont plus grands que ton ventre.  »
Ambitieux ! ambitieux !
Vous qui, comblés des dons de la fortune,
La poursuivez encor d’une plainte importune,
C’est ainsi que sont faits vos yeux.
À de nouveaux honneurs vous parvenez à peine,
Qu’à des honneurs nouveaux déjà vous prétendez.
Un peu plus de raison, enfants, vous l’entendez,
Demande-t-on la bouche pleine ?