Skip to content

Recueil : Féeries

Rosemonde

Rosemonde, mère si jeune de mon opère, Je revois le portrait où vous étiez en noir : Vous étiez si jolie, ô ma blonde grand’mère, Que, devant ce portrait, chacun venait s’asseoir. La robe de satin, presque d’un noir d’ébène, Vous faisait ressortir comme une pâle fleur ; Et vous…

La Princesse Lointaine

L’amour aux magnifiques flammes Dirige la nef sur les flots, Et c’est encor l’amour qui rame Avec le cœur des matelots ; Tout autour du frère Trophime, Tournent, en désordre étoilé, Tous les vers fameux dont les rimes Étaient deux ailes pour voler ; Ce sont peut-être ces maximes, Plus…

Le Martin-pêcheur

Du temps que, sur les eaux, toutes choses vivantes Vivaient dans l’Arche de Noé : Les femmes, les bergers, les animaux, les plantes, On eut besoin d’un messager ; D’un messager discret, aventureux et sage, Qui puisse voler et monter Plus haut que l’horizon, la brise et le nuage, Jusqu’au…

Le Passé

Ô Passé, miroir bleuâtre, Qu’il ne faut pas trop pencher ; Pauvre drame de théâtre Qu’on ne peut plus retoucher Le jardin avait des arbres Qui, tous, fleurissaient soudain ; Et les fleurs jonchaient les marbres Qui logeaient dans le jardin. Quel enchantement demeure Dans le parc extasié ? Est-ce…

Le Rouge-gorge

Dans un joli bois de chez nous, Un bois d’églantiers et de houx, Il y avait encore Un de ces oiseaux merveilleux, Vert, jaune, rouge, orange et bleu, Qu’on nomme lophophore. Tous ses frères, bleus, jaunes, verts, Depuis longtemps s’envolaient vers La lointaine Amérique ; Lui restait, montrant, simple et…