Skip to content

Recueil : Feu de joie

Parti-pris

Je danse au milieu des miracles Mille soleils peints sur le sol Mille amis Mille yeux ou monocles M’illuminent de leurs regards Pleurs du pétrole sur la route Sang perdu depuis les hangars Je saute ainsi d’un jour à l’autre Rond polychrome et plus joli Qu’un paillasson de tir ou…

Statue

VOLUPTÉ Déjeuner de soleil Je me meurs Salive Sommeil Sonnez Matines Masque à chloroforme Amour je roule de tout mon long Abime Au fond La descente de lit n’est pas morte Elle bouge en chantant très bas Panthère Panthère Mon corps n’en finit plus sous les rides des draps Un…

Soifs De L’ouest

Dans ce bar dont la porte Sans cesse bat au vent Une affiche écarlate Vante un autre savon Dansez dansez ma chère Dansez nous avons des banjos Oh Qui me donnera seulement à mâcher Les chewing-gums inutiles Qui parfument très doucement L’haleine des filles des villes Épices dans l’alcool mesuré…

Secousse

BROUF Fuite à jamais de l’amertume Les prés magnifiques volants peints de frais Tournent Tournent champs qui chancellent Le point mort Ma tête tinte et tant de crécelles Mon cœur est en morceaux Mon cœur est en morceaux le paysage en miettes Hop l’Univers verse Qui chavire L’autre ou moi…

Sans Mot Dire

Soir de tilleul Été On parle bas aux portes Tout le monde écoute mes pas les coups de mon cœur sur l’asphalte Ma douleur ne vous regarde pas Œillère de la nuit Nudité Le chemin qui mène à la mer me conduit au fond de moi-même À deux doigts de…

Pur Jeudi

Rues, campagnes, où courais-je ? Les glaces me chassaient aux tournants vers d’autres mares. Les boulevards verts ! Jadis, j’admirais sans baisser les paupières, mais le soleil n’est plus un hortensia. La victoria joue au char symbolique : Flore et cette fille aux lèvres pâles. Trop de luxe pour une…

Programme

Au rendez-vous des assassins Le sang et la peinture fraîche Odeur du froid On tue au dessert Les bougies n’agiront pas assez Nous aurons évidemment besoin de nos petits outils Le chef se masque Velours des abstractions Monsieur va sans doute au bal de l’Opéra Tous les crimes se passent…

Pour Demain

Vous que le printemps opéra Miracles ponctuez ma stance Mon esprit épris du départ Dans un rayon soudain se perd Perpétué par la cadence La Seine au soleil d’avril danse Comme Cécile au premier bal Ou plutôt roule des pépites Vers les ponts de pierre ou les cribles Charme sûr…

Pierre Fendre

Jours d’hivers Copeaux Mon ami les yeux rouges Suit l’enterrement Glace Je suis jaloux du mort Les gens tombent comme des mouches On me dit tout bas que j’ai tort Soleil bleu Lèvres gercées Peur Je parcours les rues sans penser à mal avec l’image du poète et l’ombre du…

Pièce À Grand Spectacle

L’AMI sans cœur ou le théâtre Adieu Celui qui est trop gai c’est-à-dire trop rouge pour vivre loin du feu des rampes De la salle ficelles pendantes Des coulisses on ne voit qu’un nuage doré machine-volante Le Régisseur croyait à l’amour d’André Lestroiscoups L’oiseaus’envole On avait oublié de planter le…

Personne Pâle

Malheureux comme les pierres triste au possible l’homme maigre le pupitre à musique aurait voulu périr Quel froid Le vent me perce à l’endroit des feuilles des oreilles mortes Seul comment battre la semelle Sur quel pied danser toute la semaine Le silence à n’en plus finir Pour tromper l’hiver…

Madame Tussaud

Cris muets Taffetas noirs Redingotes Crimes Tous les mannequins ont le même regard gris Mais ce lord a dansé dans un bouge à Paris Il a des dents d’or et des favoris Sales Le Strand me suit de brouillard jaune dans les Salles Les plastrons se marquant aux plis poussiéreux…

Lever

Exténué de nuit Rompu par le sommeil Comment ouvrir les yeux Réveil-matin. Le corps fuit dans les draps mystérieux du rêve Toute la fatigue du monde Le regret du roman de l’ombre Le songe où je mordais Pastèque interrompue Mille raisons de faire le sourd La pendule annonce le jour…

La Belle Italienne

À Pablo Picasso L’azur et ses voiles Les bras de santé Crèmes estivales Sa grande beauté Mais qu’elle en impose À qui veut l’aimer (Parler de la mer. Autrement qu’en prose) La plus idiote Avec son œil rond Luit intelligente Auprès de ce front Ô chère adorée Au soleil de…