L’imitation

Jaloux bien à tort, chacun cède

A l’erreur commune ici-bas :

N’estimant que ce qu’il n’a pas,

Il méconnaît ce qu’il possède.

On croit beaucoup trop au voisin ;

A le copier, on s’excède :

Rester soi serait bien plus fin.

L’insouciance Acquise

C’est un trésor que la gaîté :

Elle ressemble à l’espérance.

Au cœur, s’il en fut peu doté,

Reste un secours, l’insouciance :

Bannir les regrets et la peur,

Vivre au présent, bonne science,

Qui réduit la part du malheur.

Mesure De La Pénétration

— Tu veux me comprendre ? C’est bien ;

Mais le peux-tu ? C’est autre chose :

Peux-tu me saisir dans ma cause,

Et de mon cœur faire le tien ?

Retrouves-tu, par clairvoyance,

En ton sein mon expérience ?

— Non. — Dans ce cas, tu ne sais rien.

Notre Chef-d’œuvre

Ce qu’on rêva toute sa vie

Rarement on peut l’accomplir ;

Ta meilleure et plus haute envie,

Dans l’ombre du cœur doit vieillir :

Travaille, attends, combats, espère,

Avant qu’ait pris forme sur terre

Ton plus beau songe, il faut mourir.

Ruse Du Cœur

Sans briser l’idole qu’on aime,

S’accuser ou se repentir,

C’est le moyen de pervertir

Notre conscience elle-même :

Mal faire en disant Peccavi !

Oh ! l’habile et fin stratagème

Du cœur rusé, du cœur ravi.

Sans Le Savoir

Sans le vouloir, sans le voir même,

D’un cœur éveillant le poème,

On peut, hélas ! faire souffrir,

Faire vivre et faire mourir

Ce cœur qui dans l’ombre nous aime.

Tel, dans le sol que l’homme sème,

Aux jours d’Avril, le rayon d’or

Fait tressaillir, appel suprême,

A son insu, le grain qui dort.

Un Art Négligé

Pour voir, pour juger, pour sentir

Sachons nous mettre au point de vue :

Ainsi l’on peut faire sortir

De tout quelque grâce imprévue.

Sottise, erreur, tort ou bévue,

Que de mal nous eût épargné

Cet art, par nous moins dédaigné !

Un Grain De Sagesse

Tout paraît simple à la jeunesse,

Tout est facile pour l’espoir ;

Que nous avons de peine à voir

Nos bornes et notre faiblesse !

Rien n’est impossible à vingt ans…

Hélas ! pour un grain de sagesse

Combien faut-il de cheveux blancs ?

La Bouderie

Dans notre humaine comédie

Viens donc jouer ton rôle, ami.

On n’est en règle qu’à demi

Quand soi-même on se congédie :

Que l’on soit vainqueur ou vaincu,

L’important, c’est d’avoir vécu ;

Bouder, à rien ne remédie !

Le Progrès De L’étude

Toujours des mots ! — Je veux les choses ;

Toujours des faits ! — Je veux les causes ;

Toujours les corps ! — Je veux l’esprit ;

Toujours l’esprit ! — Montrez-moi l’âme,

L’âme qui pleure ou l’âme qui sourit :

L’âme donne à tout vie et flamme :

Sans l’âme, rien n’est qu’un vain bruit.

La Chose Amère

L’horreur dont ne peut se défendre

Un cœur fier, n’est pas de souffrir,

Ni de lutter, ni de mourir,

Ni d’aimer sans se faire entendre ;

On s’ennoblit par ces douleurs ;

Mais devant soi-même descendre

Peut à l’homme arracher des pleurs.

Les Esprits Revêches

Connais-tu ces épis sans grâce,

Qui, dans une manche glissés,

Par leurs poils revêches hissés,

Grimpent d’autant plus qu’on les chasse ?

Tels sont, contredisant toujours

Et contrecarrant quoi qu’on fasse,

Les fâcheux esprits nés rebours.

La Double Croissance

Plus l’esprit croît en étendue,

Plus, menacé dans son ardeur

De quelque chute inattendue,

Il a besoin de profondeur.

Qui s’épand, risque davantage

De se perdre ou de s’étourdir :

Plus un arbre étend son feuillage,

Plus sa racine doit grandir.

Les Habiles

Qui veut rester fier et debout

Offense les âmes serviles ;

Il faut s’abaisser jusqu’au bout

Pour réussir aux œuvres viles.

J’admirais fort l’habileté ;

Plus tard, je m’en suis dégoûté,

Pour avoir connu les habiles.

La Meilleure Finesse

L’homme fin comprend la finesse,

Mais non pas la simplicité :

Veux-tu dépister son adresse ?

Demeure dans ta vérité.

Nul œil ne peut, comme une sonde,

Plonger dans une âme profonde

Qu’à force d’ingénuité.