Skip to content

Recueil : Jadis et naguère

Vendanges

Les choses qui chantent dans la tête Alors que la mémoire est absente, Ecoutez, c’est notre sang qui chante O musique lointaine et discrète ! Ecoutez ! c’est notre sang qui pleure Alors que notre âme s’est enfuie, D’une voix jusqu’alors inouïe Et qui va se taire tout à l’heure.…

Sonnet Boiteux

Ah ! vraiment c’est triste, ah ! vraiment ça finit trop mal, Il n’est pas permis d’être à ce point infortuné. Ah ! vraiment c’est trop la mort du naïf animal Qui voit tout son sang couler sous son regard fané. Londres fume et crie. O quelle ville de la…

Un Pouacre

Avec les yeux d’une tête de mort Que la lune encore décharne, Tout mon passé, disons tout mon remords, Ricane à travers ma lucarne. Avec la voix d’un vieillard très cassé, Comme l’on n’en voit qu’au théâtre, Tout mon remords, disons tout mon passé, Fredonne un tralala folâtre. Avec les…

Prologue

En route, mauvaise troupe ! Partez, mes enfants perdus ! Ces loisirs vous étaient dus : La Chimère tend sa croupe. Partez, grimpés sur son dos, Comme essaime un vol de rêves D’un malade dans les brèves Fleurs vagues de ses rideaux. Ma main tiède qui s’agite Faible encore, mais…

Pierrot

Ce n’est plus le rêveur lunaire du vieil air Qui riait aux aïeux dans les dessus de porte ; Sa gaîté, comme sa chandelle, hélas! est morte, Et son spectre aujourd’hui nous hante, mince et clair. Et voici que parmi l’effroi d’un long éclair Sa pâle blouse a l’air, au…

Pantoum Négligé

Trois petits pâtés, ma chemise brûle.Monsieur le Curé n’aime pas les os.Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule,Que n’émigrons-nous vers les Palaiseaux !Ma cousine est blonde, elle a nom Ursule,On dirait d’un cher glaïeul sur les eaux.Vivent le muguet et la campanule !Dodo, l’enfant do, chantez, doux fuseaux.Que n’émigrons-nous…

Madrigal

Tu m’as, ces pâles jours d’automne blanc, fait mal À cause de tes yeux où fleurit l’animal, Et tu me rongerais, en princesse Souris, Du bout fin de la quenotte de ton souris, Fille auguste qui fis flamboyer ma douleur Avec l’huile rancie encor de ton vieux pleur ! Oui,…

Luxures

Chair ! ô seul fruit mordu des vergers d’ici-bas, Fruit amer et sucré qui jutes aux dents seules Des affamés du seul amour, bouches ou gueules, Et bon dessert des forts, et leurs joyeux repas, Amour ! le seul émoi de ceux que n’émeut pas L’horreur de vivre, Amour qui…

Le Squelette

Deux reîtres saouls, courant les champs, virent parmi La fange d’un fossé profond, une carcasse Humaine dont la faim torve d’un loup fugace Venait de disloquer l’ossature à demi. La tète, intacte, avait un rictus ennemi Qui nous attriste, nous énerve et nous agace. Or, peu mystiques, nos capitaines Fracasse…

Le Clown

Bobèche, adieu ! bonsoir, Paillasse ! arrière, Gille ! Place, bouffons vieillis, au parfait plaisantin, Place ! très grave, très discret et très hautain, Voici venir le maître à tous, le clown agile. Plus souple qu’Arlequin et plus brave qu’Achille, C’est bien lui, dans sa blanche armure de satin ;…

Le Pitre

Le tréteau qu’un orchestre emphatique secoue Grince sous les grands pieds du maigre baladin Qui harangue non sans finesse et sans dédain Les badauds piétinant devant lui dans la boue. Le plâtre de son front et le fard de sa joue Font merveille. Il pérore et se tait tout soudain,…

Le Poète Et La Muse

La Chambre, as-tu gardé leurs spectres ridicules, O pleine de jour sale et de bruits d’araignées ? La Chambre, as-tu gardé leurs formes désignées Par ces crasses au mur et par quelles virgules ? Ah fi! Pourtant, chambre en garni qui te recules En ce sec jeu d’optique aux mines…

Le Soldat Laboureur

Or ce vieillard était horrible : un de ses yeux, Crevé, saignait, tandis que l’autre, chassieux, Brutalement luisait sous son sourcil en brosse ; Les cheveux se dressaient d’une façon féroce, Blancs, et paraissaient moins des cheveux que des crins ; Le vieux torse solide encore sur les reins, Comme…