Skip to content

Recueil : La Légende Ailée De Wieland Le Forgeron

11 L’oeuvre De Haine

L’auvent au bord surabaissé – Une main au front! Le faîte du lourd mur redressé – Un geste de coude qu’on lève! Enserrent, comme un cadre oblong. Le léger paysage où va son rêve. D’auprès de l’enclume qui vibre longuement, S’il lève la tète Et redresse son dos qui se…

12 Le Geste Sacré

Ciel glorieux, Ivresse, espoir, génie Mais sa bouche est amère. Comme s’il buvait la mer Aspirée de ses yeux Qui vont vers l’horizon se griser d’infini ; Tous ses sens se confondent : Il a soif du ciel bleu! Le vent qu’il hume fleure en sa narine Quelque chanson ailée…

13 L’essor

On a dit qu’il se lissa des ailes Des fils de la rosée d’aurore, Des rayons filés de la lune; On a dit encore Qu’il y noua des plumes Ravies aux feux de l’orage Et des pennes de cygne qu’on trouve sur la plage; On dit qu’il s’envola un soir…

00 Envoi Du Poème

Voici l’histoire de Wieland l’Orfèvre Celle Que contèrent il y a mille ans, des lèvres Jeunes et chanteuses, lèvres rouges de vierges. Fleurs qui chantaient, fleurs vives et charnelles, Froides et pâles y depuis dix siècles, comme les neiges Éternelles Ainsi qu’on amasse la braise éparpillée Au foyer qu’une cendre…

01 Le Printemps

Il y eut trois filles blanches et belles Qui vinrent portées sur le vent du Sud Se poser près d’un lac en refermant leurs ailes, Ainsi s’en vient, Quand mollit l’hiver rude, Le printemps prompt qui fleurit près des fiords ; Et les eaux étaient bleues qui les miraient en…

02 Wieland

Il y eut trois fils de Finland : Slafide et Égile et Wieland. Ils vinrent de l’Est dans un vent de neige, Jusqu’au Val-du-Loup, s’y bâtir des demeures, Près d’une eau propice à la trempe du fer, A l’orée des bois noirs qui roulent vers la mer. L’un, Slafide, Tendait…

03 La Forge

Wieland peine donc à sa forge, Peine et rêve tout ensemble. Le brasier grésille et flambe ; Le fer sanglant en lèpre d’or s’écaille Sous la dent des tenailles Qui le happent ; L’enclume tremble ; Le lourd marteau, brandi à la volée, Frappe et jappe! Et s’élève et retombe,…

05 Les Fileuses

C’est au bord du lac qu’il vit les fileuses Et s’éprit de leurs mains et du lin qu’elles filaient, Et s’éprit de leurs yeux, de leurs lèvres rieuses, De leurs bras levés Au-dessus du lin clair que leurs fins doigts liaient Sur leur nuque neigeuse ; Il s’éprit de la…

07 L’automne

Avec le même geste fou Que fait la faux Parmi les seigles roux, D’Est en Ouest, Le vent d’automne passe Par bouffées larges, Couchant les cimes en courroux, Rayant le ciel des feuilles qu’il chasse Vers la mer vaste; Et vers la mer, D’Est en Ouest, le long du Val-des-Loups,…

08 La Merveille

L’Alvitte est endormie; Wieland oeuvre et rêve; L’enclume est muette, la forge est sans fumée; Depuis ce rire ardent de l’été qui s’achève En un sourire pâle sur les fiords embrumés. Wieland est orfèvre ; Sa porte est close et son âme est fermée; Sa main chaude a la fièvre…