Skip to content

Recueil : La Multiple Splendeur

Les Trains

Sur un chemin compact, de pierraille et de cendre, A travers bois, taillis, fleuves, moissons et prés, Sous les pâles matins ou les couchants pourprés, Les trains quotidiens font le tour de la Flandre. Jadis, on les voyait rouler presque avec crainte : Les bœufs fuyaient là-bas ; les pigeons…

L’europe

Un soir plein de clartés et de nuages d’or, Du fond des cieux lointains, rayonne au coeur d’un port Léger de mâts et lourd de monstrueux navires ; L’ombre est de pourpre autour des aigles de l’Empire Dont le bronze géant règne sur les maisons. On écoute bondir, dans leurs…

L’effort

Groupes de travailleurs, fiévreux et haletants, Qui vous dressez et qui passez au long des temps Avec le rêve au front des utiles victoires, Torses carrés et durs, gestes précis et forts, Marches, courses, arrêts, violences, efforts, Quelles lignes fières de vaillance et de gloire Vous inscrivez tragiquement dans ma…

Le Monde

Le monde est fait avec des astres et des hommes. Là-haut, Depuis quels temps à tout jamais silencieux, Là-haut, En quels jardins profonds et violents des cieux, Là-haut, Autour de quels soleils, Pareils à des ruches de feux, Tourne, dans la splendeur de l’espace énergique, L’essaim myriadaire et merveilleux Des…

La Conquête

Le monde est trépidant de trains et de navires. De l’Est à l’Ouest, du Sud au Nord, Stridents et violents, Ils vont et fuient ; Et leurs signaux et leurs sifflets déchirent L’aube, lejour, le soir, la nuit ; Et leur fumée énorme et transversale Barre les cités colossales Et…

La Joie

Oh ces larges beaux jours dont les matins flamboient ! La terre ardente et fière est plus superbe encor Et la vie éveillée est d’un parfum si fort Que tout l’être s’en grise et bondit vers la joie. Soyez remerciés, mes yeux, D’être restés si clairs, sous mon front déjà…

La Vie

Il faut admirer tout pour s’exalter soi-même Et se dresser plus haut que ceux qui ont vécu De coupable souffrance et de désirs vaincus : L’âpre réalité formidable et suprême Distille une assez rouge et tonique liqueur Pour s’en griser la tête et s’en brûler le coeur. Oh clair et…

Autour De Ma Maison

Pour vivre clair, ferme et juste, Avec mon coeur, j’admire tout Ce qui vibre, travaille et bout Dans la tendresse humaine et sur la terre auguste. L’hiver s’en va et voici mars et puis avril Et puis le prime été, joyeux et puéril. Sur la glycine en fleurs que la…

À La Gloire Des Cieux

L’infini tout entier transparaît sous les voiles Que lui tissent les doigts des hivers radieux Et la forêt obscure et profonde des cieux Laisse tomber vers nous son feuillage d’étoiles. La mer ailée, avec ses flots d’ombre et de moire, Parcourt, sous les feux d’or, sa pâle immensité ; La…