Skip to content

Recueil : L'Alphabet Des Aveux

L’île

L’île a des lis Et des lilas Pour les délices il y a des lits là. Pas de soucis, Cent liserons Viens tes soucis vite s’enliseront. Un cycle amène Cycle centaure, Sous les lilas où j’oublie tes cent torts, Un cyclamen Des centaurées Et des pensées pour le temps dépensé.…

Passionnément

Je l’aime un peu, beaucoup, passionnément, Un peu c’est rare et beaucoup tout le temps. Passionnément est dans tout mouvement : Il est caché sous cet : un peu, bien sage Et dans : beaucoup il bat sous mon corsage. Passionnément ne dort pas davantage Que mon amour aux pieds…

Perce-neige Des Matinées

Oh, le plaisir de ta venue, Oh, l’impatience retenue, Contenue, continue De ton baiser chagrin. Oh, ta gorge d’espoir bombée Ta présence du ciel tombée, Dérobée, absorbée Par mes vœux souverains. Perce-neige des matinées Dans la neige des destinées, Fleur aimée condamnée Aux sources de mes mains. Oh, battements des…

Plus Jamais

Plus jamais de chambre pour nous, Ni de baisers à perdre haleine Et plus jamais de rendez-vous Ni de saison, d’une heure à peine, Où reposer à tes genoux. Pourquoi le temps des souvenirs Doit-il me causer tant de peine Et pourquoi le temps du plaisir M’apporte-t-il si lourdes chaînes…

Fado Fa Do

L’ami docile a mis là     La mi do si la mi la Fade au sol ciré la sol     Fa do sol si ré la sol Ah ! si facile à dorer     La si fa si la do ré Récit d’eau     Ré si do Récit las    …

Fiancée

Fiancée aux mille détours Que cachez-vous dans votre manche ? Est-ce la carte d’un séjour Où le rêve en gestes s’épanche ? Est-ce le plan de vos revanches Sur le vol d’un baiser vautour ? 1954

Le Cheval

J’aime porter de longs cheveux Comme une femme, J’aime porter un amoureux Près de sa dame, J’aime porter le poids fatal Des inconnus, J’aime porter le long du val Les bienvenues. J’aime la poudre du chemin Sur mon visage, J’aime le conseil de la main Qui m’encourage. Je fuis mon…

Le Thé

Dans les vapeurs montant du thé J’ai vu passer une personne Pour qui mon cœur s’est endetté. J’ai vu passer les regrettés Portant à leur front ma couronne. Mais je n’aimerai plus personne. 1954