Skip to content

Recueil : Le chariot d'or

Watteau

Au-dessus des grands bois profonds L’étoile du berger s’allume Groupes sur l’herbe dans la brume Pizzicati des violons Entre les mains, les mains s’attardent, Le ciel où les amants regardent Laisse un reflet rose dans l’eau ; Et dans la clairière indécise, Que la nuit proche idéalise, Passe entre Estelle…

Versailles

I Ô Versailles, par cette après-midi fanée, Pourquoi ton souvenir m’obsède-t-il ainsi ? Les ardeurs de l’été s’éloignent, et voici Que s’incline vers nous la saison surannée. Je veux revoir au long d’une calme journée Tes eaux glauques que jonche un feuillage roussi, Et respirer encore, un soir d’or adouci,…

Une Douceur Splendide Et Sombre

Une douceur splendide et sombreFlotte sous le ciel étoiléOn dirait que là-haut, dans l’ombreUn paradis s’est écroulé.Et c’est comme l’odeur ardente,L’odeur fiévreuse dans l’air noir,D’une chevelure d’amanteDénouée à travers le soir.Tout l’espace languit de fièvres.Du fond des coeurs mystérieuxS’en viennent mourir sur les lèvresDes mots qui font fermer les yeux.Et…

Ténèbres

Les heures de la nuit sont lentes et funèbres. Frère, ne trembles-tu jamais en écoutant, Comme un bruit sourd de mer lointaine qu’on entend, La respiration tragique des ténèbres ? Les heures de la nuit sont filles de la peur ; Leur souffle fait mourir l’âme humble des veilleuses, Cependant…

Son Rêve Fastueux

Son rêve fastueux, seul, lui donnait des fêtes ; Il avait son orgueil intime pour ami. Grave, pour dérider un peu son front blêmi, Il regardait ses fleurs et caressait ses bêtes. Soumis à ses grands yeux étranges de prophète, De beaux désirs pareils à des tigres parmi Les jungles…

Néère

Le vent frais de l’aurore agite les lilas. Néère, nue et blanche, et riant aux éclats, Du bout d’un pied de neige, au bord de la rivière, Agace le cristal de l’onde familière, Cependant que, non loin, guettant l’âge nouveau, Le satyre suspend son haleine au pipeau ; Et l’enfant…

Mon Enfance Captive

Mon enfance captive a vécu dans des pierres, Dans la ville où sans fin, vomissant le charbon, L’usine en feu dévore un peuple moribond. Et pour voir des jardins je fermais les paupières J’ai grandi ; j’ai rêvé d’orient, de lumières, De rivages de fleurs où l’air tiède sent bon,…

Nocturne Provincial

La petite ville sans bruit Dort profondément dans la nuit. Aux vieux réverbères à branches Agonise un gaz indigent ; Mais soudain la lune émergeant Fait tout au long des maisons blanches Resplendir des vitres d’argent. La nuit tiède s’évente au long des marronniers La nuit tardive, où flotte encor…

Nos Sens, Nos Sens Divins

Nos sens, nos sens divins sont de beaux enfants nus Jouant aux vagues d’or des vieilles mers païennes, Innocents, radieux, ivres, les deux mains pleines Des fruits juteux cueillis aux jardins ingénus. Pensive et poursuivant ses antiques chimères L’âme assise non loin surveille leurs ébats ; Parfois son doigt se…

Panthéisme

En juillet, quand midi fait éclater les roses, Comme un vin dévorant boire l’air irrité, Et, tout entier brûlant des fureurs de l’été, Abîmer son coeur ivre au gouffre ardent des choses. Voir partout la vie, une en ses métamorphoses, Jaillir ; et l’Amour, nu comme la Vérité, Nonchalamment suspendre…

Paresse

Debout, voluptueux, dans l’ombre où tu t’endors Un clairon martial résonne et te convie. Debout ton coeur, debout ta pensée asservie Ne faut-il pas que tu sois fort entre les forts ? La volonté, lionne à l’indomptable essor, Sous sa griffe superbe emporte au loin la vie, Et s’irrite et…

Paysages

L’air est trois fois léger. Sous le ciel trois fois pur, Le vieux bourg qui s’effrite en ses noires murailles Ce clair matin d’hiver sourit sous ses pierrailles À ses monts familiers qui rêvent dans l’azur Une dalle encastrée, en son latin obscur, Parle après deux mille ans d’antiques funérailles.…

Printemps

Les désespoirs sont morts, et mortes les douleurs. L’espérance a tissé la robe de la terre ; Et ses vieux flancs féconds, travaillés d’un mystère, Vont s’entr’ouvrir encor d’une extase de fleurs. Les temps sont arrivés, et l’appel de la femme, Ce soir, a retenti par la création. L’étoile du…