Skip to content

Recueil : Le Jardin De L'Enfance

Premier Remords

Au temps où je portais des habits de velours Eparses sur mon col roulaient mes boucles brunes. J’avais de grands yeux purs comme le clair des lunes ; Dès l’aube je partais, sac au dos, les pas lourds. Mais en route aussitôt je tramais des détours, Et, narguant les pions…

Ruines

Quelquefois je suis plein de grandes voix anciennes, Et je revis un peu l’enfance en la villa ; Je me retrouve encore avec ce qui fut là Quand le soir nous jetait de l’or par les persiennes. Et dans mon âme alors soudain je vois groupées Mes sœurs à cheveux…

Le Jardin D’antan

Rien n’est plus doux aussi que de s’en revenir Comme après de longs ans d’absence, Que de s’en revenir Par le chemin du souvenir Fleuri de lys d’innocence, Au jardin de l’Enfance. Au jardin clos, scellé, dans le jardin muet D’où s’enfuient les gaietés franches, Notre jardin muet Et la…

Le Regret Des Joujoux

Toujours je garde en moi la tristesse profonde Qu’y grava l’amitié d’un adorable enfant Pour qui la mort sonna le fatal olifant, Parce qu’elle était belle et gracieuse et blonde. Or, depuis je me sens muré contre le monde, Tel un prince du Nord que son Kremlin défend, Et, navré…

Les Angéliques

Des soirs, j’errais en lande hors du hameau natal, Perdu parmi l’orgueil serein des grands monts roses, Et les Anges, à flots de longs timbres moroses, Ébranlaient les bourdons, au vent occidental. Comme un berger-poète au cœur sentimental, J’aspirais leur prière en l’arôme des roses, Pendant qu’aux ors mourants, mes…

Clavier D’antan

Clavier vibrant de remembrance, J’évoque un peu des jours anciens, Et l’Éden d’or de mon enfance Se dresse avec les printemps siens, Souriant de vierge espérance Et de rêves musiciens Vous êtes morte tristement, Ma muse des choses dorées, Et c’est de vous qu’est mon tourment ; Et c’est pour vous…

Dans L’allée

Toi-même, éblouissant comme un soleil ancien Les Regrets des solitudes roses, Contemple le dégât du Parc magicien Où s’effeuillent, au pas du Soir musicien, Des morts de camélias, de roses. Revisitons le Faune à la flûte fragile Près des bassins au vaste soupir, Et le banc où, le soir, comme…

Devant Le Feu

Par les hivers anciens, quand nous portions la robe, Tout petits, frais, rosés, tapageurs et joufflus, Avec nos grands albums, hélas ! Que l’on n’a plus, Comme on croyait déjà posséder tout le globe ! Assis en rond, le soir, au coin de feu, par groupes, Image sur image, ainsi…